Cameroun – Pérennité et Rentabilité d’une Entreprise : les questions auxquelles il faut trouver une réponse avant de se lancer

Les questions auxquelles il faut trouver une réponse avant de se lancer | DR
Les questions auxquelles il faut trouver une réponse avant de se lancer | DR

Mon idée de projet est-elle originale?,  est-elle faisable? Et répond-elle à un besoin? 3 questions vitales qu’il faut toujours se poser pour ne pas courir le risque de créer une entreprise qui ne fera pas long feu.

Toutes les idées de projet ne sont pas vendables, confirment les économistes. Il ne suffit donc pas de disposer des millions ou des milliards pour prétendre ouvrir une entreprise quelle qu’elle soit. Donc, quelques préalables sont à envisager, du moins requis. D’abord, passer en revue les trois principales caractéristiques d’un projet vendable. Premièrement l’originalité (est-ce-que votre idée de projet peut être facilement contrefait, est-ce-que votre idée de projet est facilement imitable, est-ce-que votre idée de projet est facilement falsifiable) vous dites Oui. Est-ce-que le modèle de mise en œuvre de votre projet est sophistiqué, vous dites Non. Si c’est le cas, retenez-le déjà, votre projet n’est pas original.”

 S’il est donc établi que votre idée de projet n’est pas originale, et malgré tout vous tenez à le mettre coût que coût à mettre en œuvre, allez-y et dites-vous très bien que vous courrez le risque de travailler pour le droit de plus. C’est dire, travailler pour un profil nul, mieux travailler pour la concurrence ” prévient l’expert. « La concurrence va facilement imiter ce que vous êtes en train de faire, facilement truquer ce que vous avez mis 2 voire 4 ans à faire, et puis une fois que la concurrence est sur le marché, n’ayant rien investi, comme vous en frais de premier établissement (toutes les charges en couru avant le lancement effectif de l’entreprise) elle va vous damer le pion» souligne Dr Jean Marie Biada. Des frais de premier établissement qui constituent un investissement, une immobilisation qu’il va falloir amortir ; or le monsieur qui a truqué votre idée de projet n’a rien investi; mieux celui qui s’est livré à ce que l’on appelle en économie un entrepreneuriat par mimétisme n’a rien investi. Du coup il aura un compte de premier établissement quasi inexistant alors que vous aurez d’énormes frais à immobiliser, et forcement vous serez moins compétitif, et il va forcément vous éjecter du marché.

 Se rassurer donc que son idée de projet est originale avant de se lancer sur le marché. Et quand il est établi que votre projet est original, vous passez à la deuxième étape qui est la faisabilité. Ici en réalité, on essaye d’évaluer le volume, la taille des ressources, à mobiliser pour la mise en œuvre du budget. Si le volume donc, de ces ressources humaines, matérielles est tellement élevé pour la mise  en œuvre de votre projet, il va sans dire que votre projet n’est pas faisable.  Si à l’inverse le volume des ressources financières à mobiliser est accessible, c’est-à-dire pas très élevé mieux moyen, vous pouvez valablement conclure que ce projet est faisable.

Quand l’on a donc répondu aux deux premières préoccupations, qui sont : est-ce-que le projet est original et faisable, on passe à la troisième question essentielle est : est-ce-que ce projet répond à un besoin mieux une solution? Selon l’expert en diagnostic et mise à niveau des entreprises , le projet doit représenter la solution à un besoin. Or si vous vous mettez à déployer un projet qui ne répond  à aucun besoin, qui n’est la solution à aucun besoin, rassurez-vous que vous courrez le risque d’aller devant un projet ludique. Et même indique l’expert certifié ONUDI, un projet ludique, doit répondre à un besoin. De facto, un projet d’entreprise, doit être la solution à un besoin. Et l’état d’esprit du promoteur alors? Dossier à suivre…

© CAMERPOST par Elthon djeutcha (Stagiaire)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz