Cameroun – Péninsule de Bakassi : C’était il y a un an – 14/08/2014

Le 14 août 2013, le Cameroun retrouvait sa souveraineté sur la presqu’île.

Carte délimitant les frontières entre le Cameroun et le Nigeria.
Carte délimitant les frontières entre le Cameroun et le Nigeria.

Depuis un an, le Cameroun exerce pleinement la souveraineté sur Bakassi. Et ce depuis le 14 août 2013, à l’issue de la période transitoire de cinq ans fixée par l’accord de Greentree du 12 juin 2006. Une étape qui intervient après le transfert d’autorité sur la presqu’île survenu le 14 août 2008 au cours d’une cérémonie qui avait eu lieu dans la localité de Calabar, capitale de l’Etat de Cross River au Nigeria. Depuis lors, et comme l’indique Mme Bertha Doh, conseiller spécial du Premier ministre, et présidente du Comité de coordination et de suivi des projets prioritaires dans la péninsule de Bakassi, les pouvoirs publics n’ont cessé de s’investir et d’investir pour faire de cette zone un lieu habitable. A ce jour, et qu’il s’agisse des localités d’Idabato, Isangele, Kombo Abedimo, Ngosso et autres, des centres de santé, des écoles, des brigades de gendarmerie, des commissariats de sécurité publique, et les autres services administratifs n’ont cessé de voir le jour. Le Cameroun met tout en œuvre pour asseoir son autorité sur la péninsule.

Ces investissements de l’Etat se sont faits avec l’appui des partenaires au développement, notamment la coopération française, l’Union européenne et l’UNESCO. La construction des services administratifs va de pair avec celle des voies de communication, outils indispensables pour accéder dans la zone. De nombreux départements ministériels sont impliqués pour faire de Bakassi, une zone où les Camerounais de tous les bords pourront vivre. Les projets mis en place par l’Etat du Cameroun visent donc à faire de la péninsule, un pôle de développement, à l’instar du projet de « poisson fumé de Bakassi », que conduit l’Etat à travers le Comité de coordination et de suivi des projets prioritaires devrait être de ceux qui feront connaître la péninsule dans les autres parties du territoire national.

Source : Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI