Cameroun – Pénétrante Est de Douala : Plus de 88% des travaux déjà réalisés

Plus de 88% des travaux de la pénétrante Est de Doualadéjà réalisés | Crédit photo : Christian Happi
Plus de 88% des travaux de la pénétrante Est de Douala déjà réalisés | Crédit photo : Christian Happi

Les usagers de la route attendent avec impatience la livraison du chantier. Sur les lieux, force est de constater que les travaux ont sérieusement avancé. De jour et parfois de nuit, les ouvriers de l’entreprise Razel sont à l’œuvre. La beauté de l’ouvrage est de plus en plus indéniable. « Nous attendons vivement la fin des travaux et par ricochet la fin des embouteillages sur cette ligne. Je vous assure qu’il n’est pas facile pour les conducteurs et les piétons d’emprunter cette voie car, à longueur de journée, les embouteillages y sont et c’est tellement embarrassant ! », se sont exclamés les citoyens avec qui CAMERPOST a échangé.

Par ailleurs, au sujet de l’avancement des travaux, notons qu’à partir du carrefour Marché des Fleurs de Bonapriso, le bitume presque uniformément réformé permet aux automobilistes de tester les capacités de leurs machines à foncer un peu comme sur une autoroute. Ce devra être ainsi sur cet édifice plat, où sept voitures peuvent rouler côte à côte, jusqu’à la limite entre le Wouri et la Sanaga-Maritime, au pont sur la Dibamba, en passant par Ndogpassi. Par parties de plus en plus longues, la route a amélioré son tracé et ses équipements.

Les balustrades vertes qui embellissent l’entrée du boulevard au pied de Bonanjo côtoient des lampadaires flambant neufs. Des dalles pour bacs à ordures jalonnent le parcours, là où cela se peut. Sur l’échangeur,  des moulures de bambous typiques du littoral camerounais ornent les contreforts de l’édifice. Par leur noirceur, les dernières couches de bitume tranchent nettement avec les revêtements qui les précèdent. De longues bandes couleurs de jais encore vierges de toute utilisation.  Des murets de béton réduisent au maximum les zigzags des motos-taxis qui se faufilaient jusqu’alors entre les automobiles et les espaces du chantier obligatoirement fermés.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa