Cameroun – Peines alternatives : Place à la phase pratique

Place à la phase pratique des peines alternatives | © CT
Place à la phase pratique des peines alternatives | © CT

A l’ouverture de la réunion des chefs des Cours d’appel, Laurent Esso a indiqué le souci des pouvoirs publics de réduire la surpopulation carcérale.

Les débats se sont très vite ouverts hier dans la salle de conférences du ministère de la Justice entre le chef de ce département ministériel, le ministre d’Etat Laurent Esso, la vingtaine de chefs de Cours d’appel, les responsables des autres juridictions. En ouvrant les travaux de la réunion annuelle des chefs de Cours d’appel et des délégués régionaux de l’administration pénitentiaire, le Garde des Sceaux s’est félicité de ce que cette rencontre intervient au lendemain de la promulgation par le président de la République de la loi portant Code pénal et du décret portant partie règlementaire du Code pénal définissant les contraventions. En effet, la promulgation de ces textes survient alors qu’avait déjà été engagée par la Chancellerie, la réflexion sur la surpopulation carcérale au Cameroun et les moyens d’y faire face. On pouvait donc comprendre la satisfaction de Laurent Esso lorsqu’il a relevé les innovations contenues dans la loi du 12 juillet dernier, elle qui institue des peines alternatives à l’emprisonnement et à l’amende pour des délits passibles d’un emprisonnement inférieur à deux ans ou d’une peine d’amende.

« L’adoption de ces peines alternatives traduit le souci des pouvoirs publics camerounais de réduire, autant que possible, le prononcé des courtes peines d’emprisonnement ou des peines d’amende susceptibles, elles aussi, d’entraîner de courts séjours en prison suite à la pratique de la contrainte par corps consécutive au non-paiement des amendes par les prévenus condamnés à cette peine ». L’application des peines alternatives apparaît d’autant plus opportune pour Laurent Esso qu’il « n’est pas certain que les courts séjours en prison contribuent efficacement à la resocialisation des prévenus ». L’autre problème que devraient permettre de résoudre les peines alternatives est celui de la surpopulation carcérale, même si le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux a souligné que l’autre solution prévue par les pouvoirs publics pour faire face à ce problème est l’augmentation de la capacité d’accueil dans certains de nos pénitenciers.

Autre centre d’intérêt de la réunion, l’état de salubrité des palais de justice et l’environnement de travail. Les travaux, qui s’achèvent ce jour, se déroulent en présence du premier président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone et du procureur général près ladite Cour, Luc Ndjodo.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jean Francis BELIBI

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz