Cameroun : Paul Biya reçoit le Premier ministre de Sao Tomé & Principe – 23/09/2014

Gabriel da Costa était porteur d’un message du président saotoméen à son homologue Paul Biya.

Paul Biya reçoit Gabriel da Costa, le Premier ministre de Sao Tomé & Principe. Photo: © PRC
Paul Biya reçoit Gabriel da Costa, le Premier ministre de Sao Tomé & Principe. Photo: © PRC

L’audience a duré cinquante minutes, hier en mi-journée, au palais de l’Unité. Le temps pour le Premier ministre de la République démocratique de Sao-Tomé & Principe, Gabriel da Costa, de remettre à son hôte, un message du président Manuel Pinto da Costa. Le temps aussi d’échanger avec le président de la République sur des questions relatives à la coopération bilatérale et sous-régionale. Etant entendu que Sao-Tomé, archipel de 1001 km² au large des côtes du Gabon et de la Guinée équatoriale, est membre observateur de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac).

Se félicitant de l’excellence des relations bilatérales, l’envoyé spécial a situé sa mission, face à la presse, dans le cadre d’un échange régulier d’informations dans la sous-région. Il a confié que les problèmes sécuritaires auxquels le Cameroun fait face, ces jours-ci, sont suivis avec beaucoup d’attention dans son pays. Il ajoute qu’au nom de son président, il a exprimé son admiration au président Paul Biya pour la manière dont le Cameroun contient les bandes armées aux frontières du Cameroun.

Gabriel da Costa révèle qu’i l a également échangé avec le chef de l’Etat sur l’épidémie à virus Ebola qui sévit dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, notamment sur la manière dont son pays s’organise afin d’éviter l’entrée de ce virus sur son territoire. Sao-Tomé & Principe entend conjurer cette menace, d’autant plus que son système de santé demeure fragile, a-t-il ajouté.

Abordant la question de l’intégration régionale, singulièrement le principe de la libre circulation des biens et des personnes, l’émissaire saotoméen a déclaré qu’il faudrait que nos pays franchissent ce pas, afin de bâtir leur développement. Il estime par ailleurs qu’il faudrait préparer les populations pour que l’intégration régionale se fasse de façon satisfaisante.

Source : © Cameroon Tribune

Par MONDA BAKOA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz