Cameroun : Paul Biya invite ses ministres à «assumer pleinement» leur fonction

Paul Biya invite ses ministres à «assumer pleinement» leur fonction | © CRTV
Paul Biya invite ses ministres à «assumer pleinement» leur fonction | © CRTV

Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a invité les membres du gouvernement à «assumer pleinement» leur fonction «et à donner à l’action gouvernementale davantage de force et d’efficacité».

S’exprimant jeudi à Yaoundé, la capitale du pays, à l’occasion d’un conseil ministériel et au lendemain du réaménagement gouvernemental intervenu le 2 octobre, il a appelé l’équipe à corriger les déficiences constatées ici ou là.

«J’avais dit, il n’y a pas si longtemps que l’équipe gouvernementale devait se considérer comme un ‘’gouvernement de mission”. Il fallait entendre qu’elle n’était pas là pour expédier les affaires courantes mais pour inventer, créer et réaliser. Je réitère aujourd’hui plus que jamais cette directive.»

M. Biya a ainsi prescrit une meilleure coordination entre les départements ministériels, une meilleure implication des ministres délégués et des secrétaires d’Etat dans les dossiers, l’accélération de la maturation des projets et l’éliminer les situations de blocage, «dont on ne perçoit pas toujours les raisons».

Le chef de l’Etat a également appelé à endiguer le problème de la sous-consommation des crédits, pénalise le redressement du pays, à continuer de veiller à la qualité de la dépense publique et, de façon constante, à la discipline, à l’esprit d’équipe, au dévouement, à la loyauté, à l’intégrité et au patriotisme.

Plaçant l’action gouvernementale sous le thème de la réalisation du plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique et de l’organisation des Coupes d’Afrique des nations (CAN) de football 2016 (dames) et 2019 (messieurs), présentés comme «de grands défis» à relever, il a précisé que la seconde priorité était «de tout faire pour maintenir, voire augmenter le rythme» de la croissance du pays.

Paul Biya a invité les uns et les autres à faire plus et mieux avec, dans le court terme, la défense du territoire national contre la menace de la secte islamiste Boko Haram et ses exactions ainsi que la préservation de la sécurité intérieure, qui «resteront de toute évidence les premières priorités du gouvernement».

Il a toutefois reconnu, en rapport avec les défis de croissance économique et de sécurité nationale, que la baisse des cours du pétrole et l’effort budgétaire consenti pour la défense vont compliquer la tâche.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz