Cameroun – Patrimoine : Le musée national officiellement rouvert – 19/01/2015

x-maleya_musee-national
gregoire-owona-et-ama-tutu-muna_musee-national
x-maleya-au-musee-national

Un gala fortement apprécié par les convives vendredi 16 janvier 2014 a servi de cadre à la réouverture officielle tant attendu de cet espace de valorisation culturelle.

Le musée national du Cameroun est désormais ouvert à tous. Vendredi 16 janvier  2014, une série d’activités nourris a marqué cette réouverture officielle. Visites guidées par Ama Tutu Muna, le Ministre des Arts et de la Culture (Minac) en personne, formations assurés par les membres de la Harts Foundation et de nombreux bénévoles.

Héritage culturelle

S’agissant du musée, le Minac parle de 5000 m2 et avec plus de 30 salles minutieusement équipées. L’édifice, lieu symbolique, est un véritable condensé de l’histoire  de notre  pays.  Des exemplaires de la constitution, des œuvres d’arts les plus anciennes, des découvertes des fouilles archéologiques, des pièces précieuses de poteries, une exposition photographique par dizaine des 50 dernières années accompagné d’un résumé des évènements politiques, sociaux, économiques et même diplomatiques ayant marqué chaque période. Et même si le Minac parle de plusieurs photographies retrouvées du fait de l’indélicatesse de certains. Mais, presque tout y est. Les portraits du premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo et d’anciens hauts dignitaires de la République. Tout comme l’exposition de vêtements et costumes patrimoniaux des dix régions, l’habitat patrimonial aussi. Au plan musical, au-delà de la diversité d’instruments exposés, le saxophone du grand Manu Dibango attire l’attention.

Gala Dinatoire

De nombreux membres du gouvernement, acteurs du secteur privé et public, ainsi que les diplomates en service au Cameroun n’ont pas boudé la piste de danse offerte par Ama Tutu Muna vendredi 16 janvier 2014. Ceci à l’occasion de la réouverture officielle du musée nationale. Et à la vue de la liste des artistes invités à jouer ce soir là, il est évident qu’ils n’ont pas eu tord. En effet entre le groupe X-Maleya, très adulé par le public camerounais et d’ailleurs qui a fait danser sans répit les ministres Ama Tutu Muna, Grégoire Owona, des diplomates américains sur la reprise du titre « Mon ex » tiré de Révolution, leur dernier album ou encore « Tchokolo » de l’album Tous Ensemble longuement salué par les convives, il y a aussi du Stanley Enow qui, avec son titre « Hein Père » a soulevé le public déjà très chaud. Kareyce Fotso, Laro, Richard King, Sanzy Viany, Dynastie Le Tigre, Ledoux Marcellin, etc., étaient également de la partie. Accompagnés en musique par le groupe Kemit seven tenue d’une main de maitre par Ruben Binam, les artistes vont assurer sans difficulté le show. Des cris et des youyous fusent alors de partout. La fête est belle. En 4 minutes, chaque  acteur de la soirée va faire exécuter un titre de son répertoire avant de repartir vers les loges, non sans souhaiter longue vie au musée nouvellement réhabilité. Au total, une vingtaine d’artistes vont défiler tour à tour sur la scène pour une heure de spectacle.

En première partie déjà, le ballet national, le bassiste camerounais de renom André Manga et le duo américain de danse classique ont entretenu de manière relevée les invités pendant 20 minutes.

Cette soirée de gala a été le point de démarrage d’un plan d’action visant, à travers la culture à redonner au Cameroun ses lettres de noblesse et le placer sur des standards internationaux. Elle a été placée sous le signe du lancement d’une régénération culturelle. Elle est articulée sous le thème « la forêt équatoriale reconstituant l’environnement des peuples du Cameroun de l’Afrique centrale. Emue, Ama Tutu Muna, la Ministre des arts et de la Culture, va remercier le Chef de l’Etat pour l’effectivité de ce projet. L’expérience est stupéfiante, et même si il a fallu cinq ans pour la réussir,  elle valait la peine d’être vécue.

Ouvert tous les Mardi à dimanche de 10h à 18h, l’accès au musée est payant. Il varie entre 2000 Fcfa et 30 000 Fcfa, ceci en fonction du forfait souscrit pas les visiteurs.

 © CamerPost – Jeanne Ngo Nlend

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz