Cameroun : Ouverture au Sénat de la troisième session de l’Année législative 2015

Marcel Niat Njifenji, le président du Sénat | Photo d'archives
Marcel Niat Njifenji, le président du Sénat | Photo d’archives

Le budget sera au centre des échanges, mais aussi les questions sécuritaires et la cohésion sociale.

Les principaux centres d’intérêt qui animeront les débats au Sénat au cours de la troisième session ordinaire annuelle qui s’est ouverte hier au Palais des Congrès de Yaoundé tournent autour de la loi des finances et du budget 2016. La session de novembre a toujours été l’une des plus laborieuses de l’année législative en raison de ces questions financières et économiques. Le parlement votera le budget du pays certes, mais le Sénat aura à défendre son budget devant sa propre commission des finances. Tel est l’enjeu. Marcel Niat Njifenji, président de la Chambre haute bicaméral, a engagé les sénateurs à accomplir ce devoir avec responsabilité, de manière à ce que le niveau des recettes et le volume des dépenses soient de nature à consolider les acquis de développement, a-t-il souligné.

Il a rappelé que le climat des affaires exige la traduction dans les faits des réformes devant booster les investissements dans le pays. Il faisait ainsi référence à la question relative à la sécurisation du titre foncier, le règlement arbitral des litiges commerciaux, l’accès au financement, la protection des PME, etc.  Même si des efforts dans l’augmentation de l’offre et le transport de l’énergie ont été salués, il demeure que la conjoncture économique internationale interpelle davantage. Les défis demeurent importants : défis économiques, mais aussi sécuritaires avec les attaques de Boko Haram qui perdurent, malgré les signes d’essoufflement que la secte terroriste présente. Là aussi Marcel Niat Njifenji a engagé les sénateurs à s’impliquer davantage dans la lutte par les renseignements susceptibles d’aider à anéantir cette force ennemie. La contribution logistique des Etats Unis a été saluée par le président du Sénat, mais il a rappelé que la riposte va au-delà des actions militaires.

Si la session s’annonce intense, l’intersession ne l’a pas été moins. Entre ressourcement, les activités liées au mandat du sénateur, les participations aux réunions internationales à l’instar de l’Assemblée de l’Union interparlementaire à Genève, la quatrième législature du parlement panafricaine à Midrand en Afrique du Sud, les sénateurs ne se sont pas tourné le pouce.

La présente session se tient à la veille de la tenue de la 21ème Conférence mondiale sur le climat prévu à la fin de ce mois à Paris. Cette rentrée a un volet parlementaire : l’attente de la signature d’un accord global des pays pour lutter contre les changements climatiques. Les impacts de la perturbation climatique n’épargnent pas le Cameroun. La troisième session annuelle de l’année législative s’est ouverte hier au Palais des Congrès en présence du président de l’Assemblée nationale et du Premier ministre, chef du gouvernement.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM