Cameroun: On reparle sûreté à l’aéroport international de Douala – 08/05/2014

Le ministre des Transports sur place mardi après la découverte d’explosifs dans un bagage.

Aéroport international de Douala
Aéroport international de Douala

« Nous ne pouvons pas tirer de conclusion. Nous attendons son rapport définitif et nous prendrons les décisions qui s’imposent ». Robert Nkili, ministre des Transports, parle de la commission d’enquête mise sur pied à la suite de la découverte d’explosifs à l’intérieur de torches dans le sac d’un passager sri-lankais le 29 avril dernier. Le comité de sûreté de l’aéroport international de Douala, ainsi dénommé, est présidé par le gouverneur de la région du Littoral, Joseph Beti Assomo. Et lors d’une réunion de travail ce 6 mai 2014 dans les locaux de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), le Mint a eu un aperçu encore plus détaillé de la situation survenue à la fin du mois dernier.

La rencontre était précédée d’une visite des installations de sûreté par Robert Nkili, accompagné par les autorités aéronautiques, administratives et sécuritaires. Premier arrêt : la zone du tri-bagage, où le sac suspect a été repéré. Le Sri-Lankais, en partance pour son pays, avec transit à Casablanca, avait l’intention d’embarquer à bord de Royal Air Maroc. Une destination qu’il n’atteindra pas. Le ministre a continué son tour par la zone de filtrage des passagers et de leurs bagages à main, terminant par le fret, où sont installées les machines de filtrage de colis-fret.

Du matériel acquis dans le cadre de la composante amélioration de la sûreté aéroportuaire du Projet de renforcement de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile en Afrique du Centre et de l’Ouest (Prssac), piloté par l’Autorité aéronautique. Une démarche importante, au vu de la hausse globale du trafic de passagers dans les trois aéroports internationaux du Cameroun. Avec une croissance annuelle de 8%, passant de 1 034 807 passagers en 2012 à 1 119 150 passagers en 2013. 7% de croissance à Douala.

Et au terme de sa descente, le Mint a tenu à faire passer un message : « Nous avons été très satisfaits de ce que nous avons vu, du niveau de sûreté ici. Des efforts très importants ont été faits, nous avons acquis beaucoup de matériel, performant, au point que tout ce que vous aurez à envoyer à l’Etranger par avion sera détaillé par nos machines. Alors, je vous conseille de ne pas venir ici à l’aéroport international de Douala avec des objets dangereux ».

Source : © Cameroon Tribune

Par Rita DIBA