Cameroun – Obsèques : Henri Engoulou repose à Lebot – 30/05/2014

L’ancien Ministre a été conduit mercredi dernier  à sa dernière demeure à Okola sans représentant du chef de l’Etat.

Henri Engoulou, ex-ministre délégué chargé du Budget.
Henri Engoulou, ex-ministre délégué chargé du Budget.

C’est par une pluie diluvienne que les ancêtres Mvog onankoa à Lebot, par Okola, ont salué la mémoire de l’un de leurs dignes fils, Henri Engoulou, qui venait de les rejoindre pour l’éternité. A 60 ans bien sonnés. Dans la stricte intimité. L’horloge affichait 15h30mn. Un orage de plus d’une heure, symbole du torrent de larmes de douleur des Mvog onankoa. 5mn après la mise sous terre.

Clouant sur les lieux des obsèques, et la foule de sympathisants anonymes, et la cohorte de personnalités venues rendre un dernier hommage à l’illustre disparu. La spacieuse et somptueuse résidence aura été exigüe pour abriter tout ce beau monde. Des files de voitures parquées le long de la route étroite et qui s’étirent sur plus de deux kilomètres des deux côtés de la résidence.

Les forces de l’ordre qui, sous cette pluie torrentielle, essaient, tant bien que mal, de discipliner tous ces chauffeurs qui, tous klaxons hurlants, se pressent dans ce bouchon. Il faut rapidement quitter les lieux et prendre le chemin de retour, avant que ne s’abatte de nouveau cet orage en laquelle le collège des initiés voit une manifestation de la colère des ancêtres Mvog onankoa. Leur digne fils leur a été arraché.

C’est vers 13 heures que le rideau s’ouvre sur l’articulation la plus attendue de la cérémonie funéraire : la messe pontificale suivie des témoignages. Aux côtés de Mgr Bayémie, l’Evêque d’Obala, le célébrant, outre trois évêques émérites, Athanase Balla, Jérôme Owono Mimboé et Tonye Bakot, une cohorte de prêtres. Le Requiem accueille le cercueil en bois massif que portent six jeunes gens. Il est déposé sur le catafalque qu’abrite une hutte en paille ornée selon la pure tradition Eton.

Dans son homélie, Mgr Bayémie évoque cette frustration qu’il n’oubliera pas de si tôt. Il venait d’être nommé Evêque d’Obala lorsqu’il apprendra que certains de ses fidèles étaient en prison. Il décide alors, en bon pasteur, de leur rendre visite en prison. Il se heurtera à un refus catégorique des autorités. Repoussé à l’entrée de Kondengui, on lui conseillera de ne pas se mêler des choses qui ne le concernent pas. Pour l’homme de Dieu, une telle attitude va à l’encontre de l’Evangile et montre à quel point l’être humain peut être impitoyable envers son frère. «Le portrait de Engoulou, s’insurge l’Evêque, s’est achevé dans la laideur de son incarcération».

Et de célébrer l’homme simple et généreux qui n’a pas oublié ses origines modestes, bien que ministre. «Il est resté très proche de ses frères. C’était un homme bon, solidaire avec les autres. Il savait prendre le sacrement du frère. Lorsque le temps de l’historien arrivera et que les passions actuelles se seront tues, prophétise-t-il, viendra alors le temps pour les autorités de brosser le portrait d’Engoulou, serviteur infatigable de l’Etat».

La suite des témoignages se fera sur le même ton d’indignation. Les uns et les autres dénoncent «une mort dans des conditions inacceptables. Une perte incommensurable pour le peuple de la Lékié désormais orphelin et démembré».

Le témoignage le plus pathétique sera celui de Otele Essomba, avec qui il partagea le local 130 du quartier spécial 12 de la prison de Kondengui. Otele évoque le souvenir des 1579 jours que le défunt a vécu en enfer, dans les conditions inhumaines d’une incarcération dans la promiscuité. Il parle des humiliations, des fouilles au corps, des repas fouillés par des mains infectes. «Engoulou est mort sans être jugé, donc innocent. Il s’est définitivement tu sans présenter sa défense. Un homme juste a perdu la vie», fustige Otele Essomba dont les propos ont soulevé les ovations. Mgr Bayémie peut entonner le Requiem éternam repris en chœur par toute l’assistance, au milieu des lamentations. Henri Engoulou peut rejoindre la terre de ses ancêtres. Délivré des vicissitudes d’un emprisonnement injuste. Pour un repos éternel.

Source : © Mutations

Par Evariste Menounga

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz