Cameroun – Objets d’art : Ça se vend mieux sur Internet

 
Les Objets d’art se vendent mieux sur Internet | Ph. © CT

Ils sont 70 artisans à avoir reçu lundi à Yaoundé des mains du ministre en charge de l’Artisanat, le fruit des ventes de leurs oeuvres en ligne, grâce à la galerie virtuelle.

Bernard Visoh, est heureux. Cet artisan d’une trentaine d’année a reçu des mains du ministre des Petites et moyennes entreprises de l’Economie sociable et de l’Artisanat (Minpmeesa), Laurent Serge Etoundi Ngoa, une enveloppe de 148 000 F. Somme qui lui est remise à l’issue de la vente de ses objets d’art en ligne via la galerie virtuelle de Yaoundé. Notamment des tabourets fabriqués dans son Nord-Ouest natal avec du kodia, un bois qu’il qualifie de résistant à toutes les intempéries.
« J’ai dépensé près de 50.000 F pour la fabrication de ces sept tabourets dont j’en tire un grand bénéfice », se réjouit-il. Même satisfaction chez Princess Botinyui. Autre artisan qui a perçu une somme de 250 000 F pour la vente de statuettes et de chapeaux de plumes. Selon elle, le gouvernement a pris une bonne initiative en permettant la vente sur Internet de leurs objets d’art à travers la galerie virtuelle. « Nous avions de sérieux problèmes en ce qui concerne la vente de nos articles. Avec ce mode de vente, nos objets seront reconnus et valorisés à travers le monde entier et nous pourrons faire de bonnes affaires », explique-t-elle. Pour le ministre Laurent Serge Etoundi Ngoa, qui a présidé la cérémonie de remise des enveloppes aux 70 artisans au Centre international de l’artisanat de Yaoundé, il est important que les gens sachent que la galerie virtuelle artisanale du Cameroun est fonctionnelle. Selon
lui, un certain nombre d’objets artisanaux ont été collectés de part et d’autre des régions du pays, rassemblés dans le magasin de la galerie virtuelle et mis dans un container à destination des Etats-Unis.
Ces objets mis auparavant en ligne ont été commandés par des consommateurs américains notamment. Placés ensuite dans un magasin créé aux Etats-Unis, les objets ont été vendus et à un prix habituellement proposé sur place au Cameroun. Pour ce qui est justement des prix pratiqués, Maxine Moffet, responsable de la galerie précise que ce sont les artisans eux-mêmes qui fixent le prix de leurs objets.
Par ailleurs, le Minpmeesa a indiqué que l’Etat avait consenti d’énormes investissements pour ce projet bénéficiaire aux artisans. Même si ces derniers payent une taxe de 5% du montant total des articles vendus (argent versé au Trésor public), il est indéniable selon lui que l’artisan part gagnant puisque ne fournissant pas grand effort dans le processus. « Tout ce qu’il fait, c’est de fabriquer l’article et le convoyer au point de ramassage », ajoute le ministre.

Source : © Cameroon Tribune
Par Josy MAUGER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz