Cameroun : Une nouvelle société pour la distribution des journaux

Une nouvelle société pour la distribution des journaux en l’occurrence, la Coopérative pour l’édition et la distribution de la presse du Cameroun (CEDIPRESS) vient de voir le jour et va se substituer à la société de droits français la Messagerie de presse (MESSAPRESSE) qui a décidé d’arrêter dès 7 août prochain, à la distribution des journaux locaux, a-t-on appris mardi auprès de la nouvelle entité.

Cameroun : Une nouvelle société pour la distribution des journaux

C’est dire que les éditeurs Camerounais ont décidé de prendre leur destin en main, ce qui devrait mettre fin à un monopole de plus de trois décennies.

D’après des explications du Comité de pilotage de CEDIPRSSE, la nouvelle structure s’occupera principalement de quatre aspects. Il s’agit du volet logistique qui englobe la réception, la répartition, le traitement et la livraison des titres aux dépositaires, le volet commercial qui concentre le conseil et l’assistance à la distribution des journaux, le suivi du réseau des agents de la vente, le volet financier basé sur la récupération auprès des dépositaires des recettes des ventes, la remontée du produit des ventes aux éditeurs, appui à l’édition, le quatrième aspect étant la gestion des informations liées à la collecte des données de ventes et de l’ensemble des informations concernant les ventes.

A partir du samedi prochain, « nous allons commencer à réceptionner les journaux. Nos équipes sont déjà prêtes pour accueillir la production de l’ensemble des éditeurs locaux. Nous nous réjouissons de l’engagement des éditeurs à s’impliquer dans cette coopérative et aussi de la confiance de ceux qui n’ont pas encore adhéré mais qui nous confient la distribution de leurs journaux », ont expliqué les promoteurs de CEDIPRESS.

D’après eux, « le passage de témoin » avec MESSAPRESSE se fait « sans heurts », et contrairement au reproche fait à l’entreprise française de couvrir principalement les métropoles de Douala et Yaoundé, CEDIPRESS ambitionne « très rapidement densifier le réseau de distribution afin de couvrir l’ensemble du pays pour rapprocher les journaux des lecteurs ».

Une option « gagnant-gagnant », qui, non seulement permettra à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès à l’information, tandis qu’en retour cela va permettre l’augmentation du volume d’affaires de la presse locale et la garantie d’une parfaite lisibilité dans la gestion pour consolider la fiabilité économique des entreprises de presse.

MESSAPRESSE qui poursuivra la distribution des livres et des journaux étrangers, notamment français, a invoqué la mévente des journaux locaux pour mettre fin à cette collaboration, après avoir tenté d’imposer aux éditeurs l’augmentation de ses commissions de 40% à 50% par numéro vendu.

© CAMERPOST avec APA