Cameroun: Des Nigérians accusés de fraude autour du marché de la ferraille

Des Nigérians accusés de fraude autour du marché de la ferraille au Cameroun / Illustration.
Des Nigérians accusés de fraude autour du marché de la ferraille au Cameroun / Illustration.

Le Syndicat national autonome des ferrailleurs et de la sauvegarde de l’écosystème du Cameroun (SYNAFSEC) accuse des fraudeurs venus du Nigéria d’entretenir de vastes réseaux frauduleux de collecte et de transport de ces déchets recyclables au mépris de la loi en vigueur.

Ce système frauduleux qui « dure depuis des années », bénéficierait de la « complicité des autorités », se plaint-t-on au sein de cette association, raison pour laquelle les pouvoirs publics sont appelés à s’impliquer efficacement pour éradiquer les désagréments dont les conséquences porteraient un coup fatal à l’industrialisation camerounaise.

En tout état de cause, le SYNAFSEFC vient de saisir les forces de l’ordre, pour «la lutte contre la contrebande étrangère dans le secteur des activités de la collecte des déchets de batteries et cuivre».

A en croire les syndicalistes, cette activité est en marge de la loi, car «au mépris de deux arrêtés interdisant l’exportation de la ferraille depuis 2008, des individus venus du Nigéria affluent dans le secteur de la collecte des déchets de batterie et rebus de cuivre sans permis environnemental, sans dépôt agrée de stockage, ne payant aucun impôt, sans aucune identification d’appartenance à un cadre juridique leur permettant d’exercer dans le secteur», dénonce le SYNAFSEC.

Fort de tout cela, «nous sommes déterminés à mettre fin à ce genre de trafic frauduleux par des actions et nous avons besoin de votre renfort pour l’intérêt de nos industries, des travailleurs de ce secteur d’activités et de notre économie», poursuit-il dans la lettre à l’endroit du gouvernement.

CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz