Cameroun – Ngangoua Augustin : « Aujourd’hui les taximen ne payent que 12 500 cfa par trimestre »

Ngangoua Augustin , président du Syndicat National des Conducteurs des Transports urbains, et interurbains du Cameroun (Synactuircam) | © CAMERPOST/ONE
Ngangoua Augustin , président du Syndicat National des Conducteurs des Transports urbains, et interurbains du Cameroun (Synactuircam) | © CAMERPOST/ONE

Le Président du Syndicat National des Conducteurs des Transports urbains, et interurbains du Cameroun (Synactuircam), Ngangoua Augustin , revient sur la grève annoncée des taximen.

Le mot d’ordre de grève a-t-il été maintenu ?

Les syndicalistes ont deux préoccupations dont ils ont fait part au Premier Ministre, le 7 octobre 2015. Ce sont la baisse du prix du carburant et la lutte contre le Transport clandestin. Vu le silence du Chef du Gouvernement les syndicalistes ont annoncé le 27 octobre un mouvement d’humeur des transporteurs. Il devrait prendre effet le lundi 16 novembre. Nous sommes en pourparlers depuis quelques jours avec le Gouvernement. Le Premier Ministre nous a d’ailleurs conviés le 10 novembre à une réunion. Aucune résolution n’a été prise au sortir de cet échange. Les consultations se sont poursuivies le lendemain au Ministère des Transports, puis le 12 au Ministère de l’Administration territoriale, et enfin le 13 au Ministère du Commerce.

Il  faut dire tout de même que les doléances des syndicalistes ont pour une fois mobilisé l’ensemble du Gouvernement camerounais. Les problèmes posés par les syndicalistes sont de premier ordre. Les membres du Gouvernement en ont convenu. Des dispositions sont en train d’être prises par le Gouvernement en ce qui concerne le Transport clandestin, mais seul le Président de la République peut trouver une solution à la hausse du prix du carburant. Il est vrai que le pays connait des problèmes sécuritaires, mais nous n’allons pas cesser d’exister pour autant. Il nous revient que le Chef de l’Etat a pris les choses en mains, et dans les jours ou les mois qui suivent nous recevrons une réponse de sa part. La satisfaction n’est pas totale puisqu’il reste le problème du transport clandestin. Une solution définitive est peut-être sur le point d’être trouvée.

Quelle forme va revetir votre mot d’ordre de grève ?

Nous sommes en train de sortir de cette crise. Le mot d’ordre de grève sera levé si tous les documents que nous exigeons sont prêts.

En 2014 les transporteurs posaient les mêmes problèmes. Ne s’agit-il pas d’un manque d’organisation au sein de votre corporation

Le problème du transport clandestin existe depuis plus d’une décennie. Nous essayons en vain d’y faire face. Toutes nos stratégies se sont montrées inefficaces. Nous nous sommes assis pour trouver cette fois une solution définitive. Une solution à même d’éradiquer ce fléau. Les Pouvoirs publics connaissent l’existence du transport clandestin mais n’y ont jamais apporté une solution.

Le syndicalisme est une quête permanente. Il ne faut jamais se décourager ni baisser les bras. Il faut toujours revenir sur les problèmes qui n’ont pas trouvé de solution. Mais cette fois les pourparlers ont duré plus d’une semaine. Cela montre que nous voulons vraiment en finir avec le transport clandestin. Les fois précédentes nous levions le mot d’ordre de grève au bout d’une journée seulement. Nous sommes en train de mettre sur pied la mesure réglementaire qui va permettre de lutter efficacement contre le transport clandestin. D’ailleurs qui dit clandestin dit irrégulier ou  anormal.  Nous ne demandons pas que l’on chasse des automobilistes de la voie publique. Tous ces véhicules ont le droit d’exercer comme transporteurs. Qu’ils se mettent juste en règle. Ce sont les mêmes types de véhicules que l’on retrouve en taxi et dans le transport clandestin. Pourquoi ne pas les repeindre en jaune et payer les taxes exigées. Mettons-nous en règle et faisons le même travail.

Parlez-nous des différentes taxes imposées aux transporteurs, ainsi que leur montant

Les taxes et autres frais ont été amoindris. Il y a quelques années nous étions sous le régime de la patente. Elle revenait à 200 000 Cfa par an, soit 50 000 cfa par trimestre. Aujourd’hui il ne faut payer que 50 000 Cfa chaque année à raison de 12 500 cfa chaque trimestre. Je me demande si les clandestins savent que les taxes ont été réduites à leur plus simple expression. Tout le monde peut être transporteur urbain aujourd’hui.

© CAMERPOST par Propos recueillis par Olivier Ndema Epo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz