Cameroun – Monnaie : l’opposition recause du Franc CFA

L’opposition recause du Franc CFA | Illustration/DR
L’opposition recause du Franc CFA | Illustration/DR

Trois partis politiques ont tenu une conférence sur le thème « monnaie, servitude et citoyenneté ».

Manifestement, la sortie du Cameroun du Franc des Colonies françaises d’Afrique (Cfa) est devenue le véritable enjeu du développement futur de l’Afrique.

Ce mercredi 27 avril 2016, c’était au tour du Mouvement citoyen (Moci) du Pr Théophile Yimgaing Moyo, de l’Union des populations africaines (Upa) d’Hubert Kamgang et du   Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem) d’Anicet Ekane, de vomir le Franc Cfa. Au cours de la conférence qui a eu lieu au siège du Moci, les organisateurs ont fait du réchauffé. « Le destin de l’Homme se joue sur la monnaie. Dans le sens où, chaque être humain doit disposer de revenus suffisants pour subvenir à ses besoins et mener une existence acceptable.  Malheureusement la manière dont le système monétaire est organisé ne permet pas cela. L’Afrique en particulier est victime de l’auto-répression », a posé au préalable Hubert Kamgang. Une auto-répression qui correspond, selon ce dernier, à l’exclusion des Africains du système bancaire, à un taux d’intérêt négatif, au contrôle des prix par les Occidentaux et à l’autofinancement des entreprises. Une position partagée par le président du Moci. Selon Yimgaing Moyo, « pour connaitre un développement économique appréciable, il faut avoir sa propre monnaie. Il y a quelques semaines il y a eu ici à Yaoundé une conférence traitant des problèmes liés à la monnaie. Notamment le Fcfa. Nous nous sommes donnés pour mission de dénoncer ce qui entrave le développement du Cameroun et de l’Afrique. Et l’utilisation de cette monnaie est un frein à l’économie camerounaise », soutient-il.

Au-delà de jeter aux orties le Cfa, ces hommes politiques ont déjà mis sur pied un projet. Concrètement, ils proposent une sortie de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac) et de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) pendant une période dite transitoire. « Nous utiliserons notre système bancaire pour améliorer les conditions de vie des citoyens et nous travaillerons avec les autres Etats africains qui le désirent pour mettre en place les États-Unis d’Afrique, avec une seule monnaie ». Pour cela, le président national de l’Upa compte sur un joker : le panafricanisme. « Le panafricanisme permet de se libérer du joug de l’Occident d’une manière générale et de la France en particulier, pour organiser notre système monétaire et bancaire. Cela fera en sorte que l’Afrique fonctionne en fonction des intérêts des Africains. Nous voulons que tous les partis fusionnent pour créer un grand mouvement de libération nationale pour l’unification du Cameroun et de l’Afrique. Nous proposons une alternative politique à la situation actuelle ».

Cette sortie médiatique se veut dès lors un discours de plus dans la panoplie de propos qui entoure l’usage du Franc des Colonies françaises d’Afrique au Cameroun et dans une partie de l’Afrique.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Ben Christy Moudio

  • Toothless opposition making noise as usual. What else can they do apart from press conferences to condemn this or that?