Cameroun : Mise sur pied d’un plan de gestion transitoire de trois mois du service électrique

Mise sur pied d’un plan de gestion transitoire de trois mois du service électrique | © ENEO
Mise sur pied d’un plan de gestion transitoire de trois mois du service électrique | © ENEO

L’opérateur Eneo a annoncé la mise sur pied d’un plan de gestion transitoire du service électrique de 3 mois, destiné à faire face à la grave crise énergétique que connaît le Réseau interconnecté sud (RIS) depuis quelques semaines.

Ce plan comprend notamment la revue du schéma d’exploitation de la zone impactée, la suspension de travaux de maintenance sous coupures et jugés non critiques ainsi que l’accélération des formalités d’acquisition des nouveaux transformateurs, dont les commandes ont déjà été passées.

Il intervient alors qu’Eneo fait état, pour justifier les coupures intempestives qui touchent particulièrement la capitale, Yaoundé, d’un incident survenu samedi dernier dans un poste de transformation de la ville ayant entraîné une avarie sérieuse, et qui a provoqué un déficit de près 70 mégawatts de capacité.

S’agissant du plan transitoire, et alors qu’une centrale thermique a été réactivée, permettant de ramener le délestage dans les régions du Centre et du Sud à moins de 50 mégawatts, l’opérateur affirme qu’un transformateur de réserve sera mis en service mardi prochain.

Les explications d’Eneo semblent toutefois en contradiction avec les récentes affirmations du directeur général de l’entreprise de patrimoine Electricity Development Corporation (EDC), Théodore Nsangou, pour qui les délestages sur le RIS «sont liées aux problèmes de transport et de distribution d’énergie électrique».

Selon lui, tous les transformateurs sont surchargés, que ce soit à Yaoundé ou dans la métropole économique, Douala, et ce au moment même où d’autres sources font état d’un taux de pourriture touchant 40.000 poteaux en bois et le caractère défectueux de plusieurs autres installations électriques.

© CAMERPOST avec © APA