Cameroun : Menu diversifié à la Une de la presse – 30/09/2014

Les journaux camerounais parus mardi ont affiché des titres diversifiés en couverture.

Photo d'illustration.
Photo d’illustration.

Le Jour, sur quatre colonnes à la Une, s’intéresse à la psychose grandissante à la frontière Est du fait des incursions récurrentes de rebelles centrafricains.

C’est donc la grande peur qui sévit dans la zone, rapporte le quotidien à capitaux privés, les ex-Séléka, regroupés au sein d’un Front démocratique centrafricain, détenant huit otages camerounais depuis plus d’une semaine et exigeant, pour leur libération, celle du rebelle Abdoulaye Miskine, gardé au secret au Cameroun depuis des mois.

La peur, indique cette publication, est telle que les commerçants de la ville frontalière de Garoua-Boulai n’exposent que le strict minimum et que certains parents ont préféré éloigner leur progéniture des lieux.

«Services secrets: kidnappings et meurtres d’Etat au menu», titre son confrère Le Messager qui s’intéresse à la disparition de l’ex-capitaine Guerandi Mbara, ancien putschiste (1984) exilé au Burkina Faso, bénéficiaire d’une amnistie en 1990 et qui aurait à plusieurs reprises projeté de renverser le régime de Yaoundé.

Cet enlèvement, peut-on y lire, est attribué à la Direction générale de la recherche extérieure, un des démembrements des services secrets camerounais qui, si l’exécution extrajudiciaire de l’opposant est avérée, s’illustre de manière tragique depuis le démantèlement du sinistre Service de la documentation (Sedoc), ancêtre de la Direction de la documentation (Dirdoc), remplacée au pied levé par le Centre national des études et de la recherche (Cener) qui a cédé place à la Direction générale pour le recherche extérieure (Dgre), à qui l’on a déjà imputé la mort du journaliste Bibi Ngota, il y a quelques années.

La disparition d’opposants, suivie de leur assassinat, n’est pas une nouveauté en Afrique, encore moins au Cameroun où les crimes d’Etat ont souvent défrayé la chronique.

Chez Mutations, c’est le Génie militaire qui est accusé d’avoir bâclé les travaux de réhabilitation de la digue sur le fleuve Logone (Nord), qui a cédé le 19 septembre dernier et a déjà fait des milliers de sinistrés à la suite d’inondations.

«Egalement engagé dans certains grands projets en ce moment, le Génie militaire, que les autorités présentent comme une unité suffisamment moderne, ne sortira certainement pas grandi du chantier du Mayo-Danay

Le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, avec le titre : «Que gagne le consommateur ?» s’intéresse au sort des clients à la lumière de la rude concurrence en cours dans le secteur de la téléphonie mobile, les offres se multipliant avec le lancement du 3ème opérateur et l’arrivée annoncée d’un 4ème.

Et ce journal de constater que «la qualité de service se dégrade pourtant, tandis que la baisse des prix est toujours attendue».

«Pas de risque de pénurie de sucre en vue», rassure Le Quotidien de l’Economie dans le même registre de la consommation.

La publication spécialisée s’intéresse à la concertation tenue la veille à Yaoundé, la capitale, entre les acteurs de la filière et le gouvernement au lendemain de la décision présidentielle de suspension des importations de cette denrée.

Aux importateurs qui prévoient déjà des pertes énormes sur leur activité, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, cité par ce journal, a eu ces mots : «Les importations restent suspendues, mais si on perçoit un risque de pénurie, le gouvernement va ouvrir un contingent d’importations comme nous le faisons chaque année pour compenser la baisse de production nationale. Il faut surtout dire à vos partenaires de venir investir pour produire localement et bénéficier des gains de productivité.»

© Camer Post avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz