Media : Le jeu trouble du journal “Le Monde” suite au papier sur la santé de Paul Biya – 19/03/2015

Serge Michel, responsable éditorial du site « Le Monde Afrique »| Photo d'archives
Serge Michel, responsable éditorial du site « Le Monde Afrique »| Photo d’archives”

Le journal français Le Monde, dans sa version numérique, a une fois de plus publié un article sur le Chef de l’Etat camerounais Paul Biya. Une récidive qui épouse les contours d’un acharnement. Pourtant, les relations entre ce journal et les autorités de Yaoundé n’ont pas toujours été houleuses.

En 2011, en l’espace de quelques mois, le journal Le Monde a adopté deux positions diamétralement opposées. D’abord il traite le président Paul Biya de relique voire d’antiquité, morceaux choisi : « Les années de Paul Biya au pouvoir sont jalonnées de répressions meurtrières destinés…À écarter des opposants politiques ». Quelques mois plus tard, après l’élection présidentielle de 2011, ce même journal publie dans ses colonnes un article qui souligne qu’ : « une large part de la population camerounaise reconnait à Paul Biya d’avoir toujours su maintenir le pays dans la paix et la stabilité ». Ce qui justifierait d’après le journal, les réélections faciles et successives de Paul Biya face à une opposition divisée et peu crédible. Le 20 mai 2012, à l’occasion de la fête nationale, le journal Le Monde publie un dossier de deux pages sur le Cameroun. L’article qui porte la signature d’un certain Ayissi Le Beau a pour titre : « Un nouveau Cameroun se dessine ». Le papier en question fait les éloges du Cameroun en célébrant toutes les réformes engagées par les autorités de Yaoundé. Dans un contexte préparatoire aux élections législatives prévues en 2013, l’article insistait alors sur la crédibilité du système électoral et la transparence. Dans le même dossier aux relents de publicité on pouvait lire que la décentralisation pratiquée au Cameroun est tournée vers une plus large autonomisation des communes avec plus de moyens. Certaines indiscrétions laissent croire que l’article avait coûté au contribuable camerounais environ 300 millions de Fcfa…

Les faits exposés plus haut expriment clairement la relation permanente mais ambigüe qui existe entre la rédaction du journal Le Monde et les autorités de Yaoundé. Une relation qui ressemble à s’y méprendre aux humeurs d’un couple dont le ménage est secoué par des scènes de jalousie et quelques infidélités, dictées par des intérêts du moment.

© CamerPost – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz