Cameroun – Mauvaises pratiques sur les routes : L’administration reconnait ses fautes

Les esprits sont encore marqués par les images macabres de l’accident survenu dans la nuit du 7 au 8 janvier 2016 sur l’axe Yaoundé-Bafoussam | © Facebook
Les esprits sont encore marqués par les images macabres de l’accident survenu dans la nuit du 7 au 8 janvier 2016 sur l’axe Yaoundé-Bafoussam | © Facebook

Des vérités dites, les yeux dans yeux, entre responsables du ministère des Transports. Les esprits sont encore marqués par les images macabres de l’accident survenu dans la nuit du 7 au 8 janvier 2016 sur l’axe Yaoundé-Bafoussam ; pour un bilan de 19 morts. Il fallait donc se dire ce qui ne marche pas sur les routes camerounaises. Ce 20 janvier 2016, se tenait la conférence annuelle des services centraux du ministère des Transports.

Le secrétaire général, Jean-Pierre Soh, a raconté une anecdote pour illustrer combien la corruption est ancrée dans les habitudes des collaborateurs affectés à la sécurité routière. Un jour, le véhicule du Sg a été stoppé par une équipe de prévention routière. Ayant reconnu M. Soh, l’agent est plutôt allé s’occuper des autres voitures. Le Sg, qui connait les pratiques sur le terrain, relève ceci : « Mon véhicule ne pouvait rien lui rapporter. Alors je n’ai même pas eu droit au bonjour de cet agent qui était plus préoccupé à faire de bonnes affaires ailleurs. » Les bonnes affaires ce sont les sommes d’argent encaissées pour des infractions, sans jamais délivrer le moindre reçu. Les bonnes affaires c’est la complicité avec les transporteurs clandestins et les chauffeurs de véhicules en surcharge.

Source : © Le Jour

Par Assongmo Necdem

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz