Cameroun – Madeleine Wafo : « Des bébés albinos abandonnés à leur naissance » – 15/06/2015

Madeleine Wafo, Présidente de l’Association des femmes albinos du Cameroun | © CamerPost/ONE
Madeleine Wafo, Présidente de l’Association des femmes albinos du Cameroun | © CamerPost/ONE

La Présidente de l’Association des femmes albinos du Cameroun (Afac), Madeleine Wafo,  évoque leurs déboires dans la société camerounaise.

L’on a consacré une journée aux albinos dans nombre d’Etats. Au Cameroun sur quoi mettez-vous l’accent ?

Comme tous les autres, je subis moi aussi mon statut d’albinos. En tant que Présidente de l’Association des femmes albinos du Cameroun, je suis confrontée tous les jours à des situations désagréables. Ce sont tout d’abord des cas d’enfants albinos abandonnés par leurs parents. Elles sont nombreuses, les femmes qui abandonnent volontairement les enfants qu’elles ont mis au monde, sous l’instigation de leur famille. D’autres sont répudiées pour avoir accouché d’enfants albinos. Il existe également des couples qui ne veulent pas de leurs bébés albinos. Je n’oublie pas les fiançailles rompues pour cause d’albinisme. Le jeune homme subit des menaces de la part de sa famille à cause de sa fiancée albinos. On ne lui permet même pas de franchir le seuil de la porte de sa belle-famille. Les exemples sont légion. Je ne parle pas des cas de cancer de la peau.

Que préconisez-vous pour améliorer la situation de l’albinos ?

Notre donnons des conseils déjà à celle qui met au monde un albinos. Nous échangeons entre femmes au sein de l’association, et apportons notre soutien aux hommes qui sollicitent notre aide. Nous nous battons pour améliorer le quotidien des familles pauvres qui ont des enfants albinos.

Quels rapports entretenez-vous avec l’ASMODISA, l’Association mondiale pour la Défense des Intérêts et la Solidarité des albinos ?

J’ai été déléguée de l’Asmodisa pour la Région du Littoral pendant 4 années. La création d’une Association des Femmes albinos a fait suite à un constat ; les femmes n’étaient pas prises en considération au sein de l’Asmodisa. Depuis lors les femmes ont fait le tour de leurs problèmes quotidiens. Elles impliquent d’ores et déjà les médias dans leur combat et débâtent véritablement de leurs problèmes. Les choses avancent pour les femmes albinos.

Combien y-a-t-il d’albinos au Cameroun ?

Difficile de le savoir. Les inscriptions s’effectuent tous les jours. Ils sont tout aussi nombreux ceux qui ne le font pas.

© CamerPost – Propos recueillis par Olivier Ndema Epo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz