Cameroun – Lutte contre le terrorisme : Plus de 100 personnes innocentes condamnées à mort à Maroua selon le Redhac

Des membre du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) | © CAMERPOST / Linda Mbiapa
Des membre du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

La déclaration faite par Mey Ali, membre et point focal du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) à Maroua donne des frissons. A l’en croire de « nombreux citoyens au quotidien sont interpellés et jetés en prison sous le prétexte de la lutte contre Boko Haram. Les hommes en tenue, les chefs profitent de cette lutte pour régler leurs comptes personnels. C’est grave », dénonce le leader associatif. Il s’est exprimé mercredi le 28 septembre 2016 à Douala à l’occasion d’une rencontre organisée par le Redhac et d’autres associations à l’instar de Ndh-Cameroun, Os humanitaire. Les panélistes au rang desquels Me Alice Nkom, Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du Redhac et plusieurs acteurs de la société civile ont décrié, tout autant que Mey Ali et l’Imam Mohamedou Bachirou venu de Maroua, les injustices commises au nom de la guerre.

« C’est pourquoi cette rencontre marque également le lancement de la campagne (protéger nos droits, ils comptent même dans la lutte contre le terrorisme) au Cameroun. En partenariat avec Amnesty international, nous avons lancé cette opération », a expliqué Maximilienne Ngo Mbe à CAMERPOST. Elle précise qu’il est question de donner la parole à tous les acteurs sociaux afin d’obtenir de nombreux avis sur la problématique de la lutte contre le terrorisme. « Tous les avis possibles et constructifs pour en extraire des propositions concrètes relatives au droit humain dans la lutte contre le terrorisme et qui seront adressées au gouvernement camerounais », renchérit la responsable du Redhac.

Elle dont la préoccupation pour l’heure porte sur « des arrestations et détentions arbitraires, des condamnations tous azimuts à la peine de mort souvent sans qu’il y ait eu un procès équitable et/ou l’assistance d’un conseil, des disparitions forcées qui ont été reconnues par les autorités en partie mais dont la liste n’a jamais été révélée ».

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

  • il faut trouver les coupables idéal les pauvres vont payée de leur vie et les autres vont se remplir les poches .la roue tournera tjrs

  • Personne n’est innocence, c’est la loi du carma. Tout se paye ici bas.

  • Quand la justice ne fait pas le travail , on l’accuse et quand elle prend en main les choses , on l’accuse également .
    Nous sommes au Sud et ne réalisons pas : la peur , la souffrance et la misère de ces peuples victime de boko haram .
    Nous pouvons rester dans nos climatiseurs et parler de tout .
    Ces gens ont été vraiment toucher du doigt ce que font ces tueurs ?
    Ont ils déjà vu un corp déchiqueté par une bombe encore fumant ?
    De grâce ne mélangeons pas notre haine du pouvoir avec le reste .