Cameroun – Lutte contre le terrorisme : « les sources de financement de Boko Haram sont connues »

Pr Paul Emmanuel Pondi, professeur des universités, spécialiste des Sciences Politiques et des Relations Internationales, enseignant à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun | © CAMERPOST / HA
Pr Paul Emmanuel Pondi, professeur des universités, spécialiste des Sciences Politiques et des Relations Internationales, enseignant à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun | © CAMERPOST / HA

Paul Emmanuel Pondi, professeur des universités, spécialiste des Sciences Politiques et des Relations Internationales, enseignant à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) a donné le vendredi 11 décembre 2015, une conférence sur le thème « l’idée d’un Etat islamique d’Afrique de l’Ouest : chronique d’une imposture annoncée ».

Le samedi 7 mars, on apprenait l’allégeance de la secte islamiste nigériane Boko Haram à l’organisation Etat Islamique (Daech). Selon le professeur Paul Emmanuel Pondi, il s’agit d’abord et avant tout d’un mariage d’intérêts pour lui : « cette alliance, proclamée unilatéralement n’a certainement pas de conséquences immédiates en termes de collaboration et d’opérations conjointes ? Pour Daech, c’est de l’eau au moulin de sa propagande internationale et pour Boko Haram, un accès à d’autres zones de conflit au sein du monde musulman, où la secte pourra trouver des recrues, des armes, du financement et un certain savoir-faire ainsi que des renseignements». En réalité, il était question pour la nébuleuse de solliciter un appel à l’aide vu la série de défaites essuyées après l’entrée en guerre effective des armées du Cameroun, du Tchad et du Nigéria. En outre, la mise en place d’une force multinationale est venue imposer au groupe de revoir non seulement son mode opératoire mais également l’ensemble de son fonctionnement. « Désormais les couloirs d’approvisionnement de la secte sont bloqués il apparait donc impératif de trouver des sources de financement. C’est à ce niveau que l’allégeance à l’Etat islamique prend tout son sens car souvenez-vous qu’à ces débuts l’Etat islamique en Irak et au levant était soutenu par certains pays notamment le France et les Etats-Unis. L’idée de départ était de chasser Bachard El-Assad du pouvoir en Syrie. C’est ainsi qu’un soutien matériel et financier a été accordé à l’Etat islamique. En plus du pétrole irakien que cette nébuleuse vend au nez et à la barbe des grandes puissances ». Ainsi explique-t-il, Boko Haram affaibli, ne pouvant plus se déployer sollicite logiquement l’aide financière de son parrain. « À une certaine époque la secte islamique vivait grâce au pillage des zones sous son influence les enlèvements et les demandes de rançons étaient aussi une source de revenus. L’affaiblissement financier et logistique de Boko Haram se traduit par la fin des attaques massives. Le groupe procède désormais par des Kamikazes. Des jeunes filles kidnappées. Elles subissent un lavage de cerveau, un endoctrinement qui les transforme littéralement en robots ».  De l’avis de Paul Emmanuel Pondi, il faut réfuter l’appellation d’ « Etat » à un groupe terroriste. Pour lui, les préalables sont nécessaires pour qu’on parle d’un Etat. « Mais tout ce passe comme-ci certaines puissances veulent nous imposer l’idée d’un Etat islamique. Dans leurs média on parle systématiquement d’Etat islamique comme si cela était normal. Ce concept est leur invention et ils veulent subtilement nous faire accepter le principe de l’existence d’un Etat islamique. Pourtant, la Palestine qui revendique légitiment le vocable d’Etat est appelé autorité. Alors pourquoi veulent-ils nous faire accepter aussi facilement l’idée d’un Etat islamique ? ». Une interrogation qui vaut son pesant d’or dans un contexte global marquée par une lutte d’influence dans laquelle la Russie veut faire entendre sa voix.  En attendant au Cameroun, les attaques kamikazes se succèdent. La dernière en date dans la matinée du vendredi 11 décembre 2015, a fait 8 morts dans la région de l’extrême-nord précisément dans la localité de Kolfata.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz