Cameroun – Lutte contre la corruption : les Institutions Supérieurs des Finances Publiques d’Afrique francophone se concertent à Yaoundé – 08/08/2014

Les experts de ces structures de contrôle des finances publiques doivent entre autres, échanger sur la question de financement de leurs diverses activités.

Charles APPESSE le président du CREFIAF et Henri Eyebe Ayissi Ministre Délégué à la Présidence de la République Chargé du conseil supérieur de l'Etat (CONSUPE).
Charles APPESSE le président du CREFIAF et Henri Eyebe Ayissi Ministre Délégué à la Présidence de la République Chargé du conseil supérieur de l’Etat (CONSUPE).

Le Conseil Régional pour la Formation des Institutions Supérieures de Contrôle d’Afrique Francophone (CREFIAF) fait face à d’énormes difficultés de financement c’est le constat qui à marquée l’ouverture des travaux de Yaoundé. Les traditionnels partenaires financiers de cette organisation se sont progressivement retirés. Certains pays dont le Canada et l’Allemagne continuent de soutenir cette organisation, mais le constat qui s’impose est que le volume de l’aide à considérablement baissé. Face à ce dilemme qu’elles solutions peuvent êtres envisagées ? Les travaux de Yaoundé doivent impérativement trouver une réponse à cette question majeure. De l’avis de Charles Emille Appesse 1er Président de la Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire du Congo Brazzaville, par ailleurs Président du CREFIAF, il importe de compter en premier chef sur les ressources propres. C’est pourquoi les Etats membres doivent mettre à jour leurs contributions et cotisations. Les financements extérieurs devraient en principe venir en support. Toute fois, il est nécessaire de redynamiser  et de relancer la recherche de nouveaux partenaires. Dans cette logique, les principaux points inscrits à l’ordre du jour des travaux de Yaoundé sont : la redéfinition de la stratégie de financement du CREFIAF ; l’examen d’un plan de développement d’affaires du CREFIAF ; l’étude des mesures coercitives à prendre à l’encontre des Institutions Supérieures de Contrôle accusant des arriérés de cotisation.

En rappel, le CREFIAF est une association qui regroupe 23 Institutions Supérieures de Contrôle (ISC) dont 19 de l’Afrique francophone subsaharienne et quatre des pays lusophones ou hispanophones. Il représente le sous-groupe linguistique francophone de l’AFROSAI entendez Organisation Africaine de Institutions Supérieures de contrôle des Finances Publiques.

Les services du Contrôle Supérieur de l’Etat, ISC du Cameroun, sont membre de cette Association depuis sa création en 1997 à Yaoundé et abritent son siège. Le Ministre Délégué à la Présidence de la République officie au sein de cette association comme Président de l’Organe Exécutif qui est le Comité Régional de Renforcement Institutionnel des Institutions Supérieures de Contrôle d’Afrique Francophone Subsaharienne(CRRI).

© Camer Post – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz