Cameroun – Lutte contre criminalité : Les bons et mauvais points de la police

Martin Mbarga Nguélé, le Délégué général à la sûreté nationale (DGSN). | Ph. © DGSN / Archives

La révélation du Délégué général à la sureté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguélé, qui affirme que la sécurité sera renforcée en 2017.

Les policiers camerounais ont été félicités par leur chef. C’était au cours de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de nouvel. Occasion pour le patron de la police nationale de faire le point sur le travail abattu par ses éléments durant l’année 2016.

Satisfécit

Pour l’année 2016, la police camerounaise a été à la hauteur. Occasion pour le délégué général de féliciter son personnel pour des actions menées sur le terrain dans la perspective d’assurer la protection des personnes et des biens. A leur crédit, la gestion professionnelle et responsable de « La coupe des Nations de Football féminin (du 19 novembre au 3 décembre à Yaoundé et Limbé), la catastrophe ferroviaire d’Eséka (21 octobre), les crises sociaux politiques, les fêtes de fin d’année, la grande criminalité, les fonctionnaires de police de tout grade ont fait preuve de professionnalisme et d’efficacité » selon Martin Mbarga Nguélé. A l’actif du bon fonctionnement des services de la police, la bonne marche des centres d’identification, la mise hors d’état de circulation de nombreux malfrats. Les populations sont désormais rassurées pour 2017.

Gare aux mauvais policiers

Le patron de la police camerounaise comme un père fouettard n’a pas porté de gangs pour un message de vérité à l’endroit son personnel. Le Délégué général à la sûreté nationale a indiqué que, les écarts de comportements ne seront plus tolérés et que les mis en cause se verront mis hors de la corporation. Pour Martin Mbarga Nguélé, le fonctionnement du corps ne s’accommode pas de certaines pratiques. Il a décrié des attitudes qui nuisent à la profession. Des comportements au détriment des populations, qu’elle est censé de protéger. On ne peut pas protéger les populations et s’écarter du cadre de conduite réglementaire, a déclaré en substance le chef de la police « Nous sommes appelés à traiter les cas de ces mauvais policiers égarés et plongés dans la corruption, les arnaques ».

Prenant illustration d’un adage bien connu, le DG à la sûreté nationale a indiqué que ceux qui jouent au malin seront débusqués et punis conformément aux règles de fonctionnement du corps « Les abandons de postes, tous sont en possession de notre code de déontologie. Ils savent que le statut de la police inflige aux déserteurs de plus de 30 jours consécutifs, la sanction de révocation d’office » a martelé, le policier en chef.

En perspectif

En 2017, la police camerounaise va renforcer la criminalité urbaine. Ainsi donc, la vidéosurveillance déjà présente dans les villes de Yaoundé et de Douala, va s’étendre dans les autres huit chefs-lieux de régions du pays. Autres annonces, la poursuite de la construction de huit hôtels de police dans les villes de Yaoundé et Douala, de même que l’augmentation des postes de police.

Pour le contingent, le Délégué général à la sûreté nationale a annoncé le renforcement de la police en personnels pour un meilleur suivi « Les effectifs de la sûreté nationale seront considérablement renforcés cette année. Avec la sortie prochaine de 3000 gardiens de la paix, il est possible que le chef de l’Etat décide du recrutement au cours de cette année, d’important effectifs dans les centres de formation de la sûreté nationale » selon Martin Mbarga Nguelé.

 

© CAMERPOST par Augustin TACHAM