Cameroun – Lutte contre Boko Haram : quand les dons piègent le RDPC – 29/04/2015

Edgard Alain Mebe Ngo’o, le ministre délégué chargé de la Défense (Mindef), réceptionne des tonnes de denrées et produits alimentaires à la base aérienne des opérateurs économiques aux forces de défense camerounaises. | Photo d'archives
Edgard Alain Mebe Ngo’o, le ministre délégué chargé de la Défense (Mindef), réceptionne des tonnes de denrées et produits alimentaires à la base aérienne des opérateurs économiques aux forces de défense camerounaises. | Photo d’archives

L’élan du cœur observé au Cameroun depuis deux mois au bénéfice des forces de défense en guerre contre Boko Haram et au bénéfice des populations victimes de cette guerre, a été salué comme un grand moment de solidarité nationale retrouvée. Mais au fur et à mesure que le temps passe, tout n’est plus aussi rose. Surtout au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Si ce n’est pas un paradoxe, c’est tout comme. Parce qu’ils sont nombreux les  caciques du  pouvoir qui constatent que des opportunistes de leur parti ont déjà détourné l’esprit du «coup de cœur». Comme lors des campagnes électorales, chaque ponte du régime replie chez lui, avec ses frères, pour tenter de  réaliser un bon score.

Question de montrer ce qu’ils sont capables de faire pour soutenir leur président, chef suprême des armées. Bien évidemment, on conserve les listes de contributions, surtout les montants. Ce sont des données qui vont servir le moment venu. Comme à l’occasion du renouvellement des organes de base du Rdpc annoncé au lendemain de la célébration de la fête du 20 mai.  C’est un  paradoxe. Mais certains hiérarques militent en coulisses afin que les coups de cœur cessent, en tout cas sous la forme actuelle. Parce qu’ils risquent de créer plus de problèmes qu’il n’en résout.

D’abord au Rdpc par le repli identitaire des camarades qui ont régionalisé les opérations de collecte. Et qui entendent en faire un objet de chantage en temps opportun. Et au sein de l’opinion publique d’où des voix s’élèvent pour dénoncer la gestion des fonds et l’appropriation de l’élan de solidarité nationale par le parti au pouvoir. Conséquence, on risque de sortir plus divisé derrière les forces de défense, à cause des coups de cœur dévoyés et détournés.

© Source : La Nouvelle Expression

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz