Cameroun – Effort de guerre contre Boko Haram : des membres de comités de vigilance manifestent à Moskota

Un membre d’un comité de vigilance à Kerawa, dans le nord du Cameroun. | CRÉDITS : J. KOUAGHEU /ILLUSTRATION
Un membre d’un comité de vigilance à Kerawa, dans le nord du Cameroun. | CRÉDITS : J. KOUAGHEU /ILLUSTRATION

Quelque 350 personnes, membres de comités de vigilance luttant contre la secte islamiste Boko Haram, ont manifesté mardi en fin de matinée devant la sous-préfecture de Moskota (Extrême-nord) pour dénoncer la modestie de leur quote-part issue d’un don du chef de l’Etat Paul Biya, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Scandant des messages hostiles à l’autorité préfectorale, ils ont, avant de se disperser au bout d’une demi-heure, refusé de recevoir leur part de cette donation constituée de 4 sacs d’arachide et de maïs, d’un carton de savon, d’un carton de tomate en boîte et de 18 bouteilles d’eau minérale.

En avril dernier, le président Biya avait en effet fait parvenir aux comités de vigilance du Logone-et-Chari, du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, une cargaison d’une valeur de 1,9 milliards FCFA composée de denrées alimentaires, de produits de première nécessité, d’aliments destinés au bétail, de produits vétérinaires, de matériels divers ainsi d’équipements agricoles.

Selon les protestataires, une bonne partie de cet envoi aurait été détournée par les autorités en charge de leur acheminement aux principaux destinataires.

En mars dernier, le chef de l’Etat avait don de 40 motos et de 60 bicyclettes aux forces de l’ordre afin de renforcer la lutte contre le jihadisme dans l’Extrême-nord.

Par ailleurs, apprend-on encore, un civil a été assassiné dans la nuit de lundi à mardi à Vizi (Extrême-Nord), à la suite d’un assaut de Boko Haram.

Quelques heures plus tard, deux soldats camerounais étaient blessés sur la route Djibrili-Gouzda, située dans la même région, lorsque leur véhicule a sauté sur une mine qui aurait été posée par le mouvement jihadiste.

© CAMERPOST avec © APA