Cameroun – Lutte contre Boko Haram : la mission des forces tchadiennes va durer jusqu’en 2017 – 04/04/2015

Les présidents Deby ('Tchad), Boni (Bénin) et Biya (Cameroun) sont en pointe dans la lutte contre Boko Haram. | © Jim Watson / AFP
Les présidents Deby (‘Tchad), Boni (Bénin) et Biya (Cameroun) sont en pointe dans la lutte contre Boko Haram. | © Jim Watson / AFP

Les forces tchadiennes déployées depuis mi-janvier au Cameroun mèneront leur mission de renfort à l’armée nationale de ce pays voisin pour la lutte contre le groupe terroriste nigérian Boko Haram jusqu’en 2017, a appris Xinhua vendredi des sources militaires camerounaises.

D’un effectif de 2.500 hommes, ces troupes ont aidé à la mise en place d’une coalition régionale comprenant en plus du Cameroun, le Niger, autre pays voisin du Nigeria touché par les activités de Boko Haram.

Une opération militaire ayant permis de réduire, avec la reprise du contrôle d’un nombre important de localités occupées au Nigeria, l’expansion et l’influence de la secte islamiste.

Yaoundé et Abuja se refusant mutuellement le droit de poursuite dans leurs territoires respectifs, les opérations de traque de l’ armée tchadienne contre le groupe terroriste dans ses fiefs du Nord-est du Nigeria ont permis une diminution significative de ses attaques au Cameroun, dont l’armée réussissait tout de même déjà à contenir.

Depuis les derniers jours, ces forces partagent les positions occupées par l’armée camerounaise, dont principalement le Bataillon d’intervention rapide (BIR, une force spéciale) le long de la frontière nigériane dans l’Extrême-Nord du pays, d’après les sources militaires camerounaises.

Ce dispositif opérationnel conjoint élargi au Niger représente une sorte d’embryon de la force régionale de 10.000 hommes en voie d’opérationnalisation par l’Union africaine (UA) sous mandat des Nations Unies, un dossier qui sera au menu d’un sommet des chefs d’Etat d’Afrique centrale et de l’Ouest le 8 avril à Malabo en Guinée équatoriale.

© CamerPost avec © APA