Cameroun – Lutte contre Boko Haram : une exposition-photos pour réclamer les dépouilles de 25 civils assassinés

Maximilienne Ngo Mbe, la directrice executive du REDHAC | Crédit photo : © Hurinews

L’idée vient du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac). Les membres du réseau ainsi que la Directrice Exécutive Maximilienne Ngo Mbe, organisent jeudi le 16 mars 2017 une exposition-photos dans la capitale politique. Un événement qui sera doublé avec une conférence-débat. Toute chose qui entre dans le cadre de la commémoration du 2e anniversaire des 25 personnes retrouvées mortes dans les cellules de la Gendarmerie de Maroua lors d’une opération de ratissage dans les villages de Magdeme et Doublé à l’Extrême-Nord. Une opération menée par certaines forces de sécurité concernant la lutte contre Boko Haram.

Selon Maximilienne Ngo Mbe, « ces individus ont trouvé la mort par asphyxie sans doute dans les conditions inhumaines de détention, non encore élucidées deux ans après par les autorités camerounaises. D’ailleurs, au moment où nous allons tenir les échanges, le procès de 48 autres personnes détenues du groupe de Magdeme et Doublé se déroule devant le tribunal militaire à Maroua ». Comme l’a appris CAMERPOST, si le Redhac revient sur ce drame deux ans après, c’est pour solliciter que les autorités compétentes fassent la lumière sur cette affaire; que les corps soient restitués à leurs parents afin que les victimes puissent bénéficier d’une digne sépulture et que leurs proches fassent le deuil.

« Tant que selon les assurances du porte-parole du Gouvernement  toute la lumière ne sera pas faite sur ce qui s’est passé avec les victimes de Magdeme et Doublé, ceci suivi d’une réparation conséquente pour les familles, le Redhac, continuera d’encourager le Gouvernement à respecter ses obligations de protection des droits humains dans ce domaine précis », tempête la Directrice Exécutive pour qui le Redhac encourage l’Etat en tant que signataire de la Charte Africaine de s’approprier ce document et d’organiser les campagnes de sensibilisation auprès de toutes les parties prenantes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa