Cameroun – Lutte contre Boko Haram : cinq corps d’islamistes retrouvés après une attaque dans l’Extrême-Nord

Soldats camerounais patrouillant près de Fotokol (extrême nord du pays), près de la frontière entre le Cameroun et le Nigeria, le 17 février 2015. | © AFP / REINNIER KAZE / ILLUSTRATION
Soldats camerounais patrouillant près de Fotokol (extrême nord du pays), près de la frontière entre le Cameroun et le Nigeria, le 17 février 2015. | © AFP / REINNIER KAZE / ILLUSTRATION

Cinq corps d’islamistes présumés de Boko Haram munis de lance-roquettes ont été retrouvés dimanche matin après une attaque où une école a été incendiée et le domicile d’un chef coutumier attaquée à la grenade dans la nuit à Afadé, localité de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun proche de la frontière nigériane, rapportent des sources sécuritaires.

L’attaque menée par un groupe d’individus armés à bord de motos, estimés à des dizaines et soupçonnés d’être des adeptes de la secte islamiste nigériane que les forces de défense et de sécurité camerounaises tentent d’enrayer dans cette région de l’Extrême-Nord, a été signalée tard dans la nuit de samedi à dimanche, peu après minuit.

Les assaillants, venus du Nigeria d’une piste de brousse, ont été confrontés à un dispositif militaire de protection et de surveillance du territoire camerounais qui a réussi à les mettre en déroute après de violents échanges de tirs où plusieurs combattants islamistes présumés ont été tués et d’autres blessés, selon un bilan obtenu par Xinhua auprès des sources sécuritaires, qui n’ont pu fournir de chiffres précis.

Une fouille organisée dimanche matin a simplement permis la découverte sur les lieux des combats de cinq corps de ces terroristes avec cinq lance-roquettes et des traces de sang que de l’armée camerounaise a tenté de suivre, dans l’espoir de déboucher sur une éventuelle cachette du groupe armé, mais sans succès, à en croire ces sources.

“Ils ont emporté leurs blessé”, indiquent-elles.

Avant l’intervention de l’armée camerounaise, les jihadistes présumés avaient déjà incendié les bâtiments de l’école publique d’Afadé et le domicile du frère cadet du chef coutumier, Ali Guemé, qui a lui-même échappé à la mort après une attaque à la grenade qui a visé sa propre concession sans faire de dégât.

Samedi, une autre attaque attribuée à Boko Haram avait déjà ciblé deux gros camions à Doublé, près de la ville de Mora, également dans la région de l’Extrême-Nord. L’un des camions, qui transportait du ciment, a été incendié, et l’autre, chargé de marchandises dont le contenu est ignoré, a été emporté, avec le conducteur et son assistant à bord, apprend-on en outre.

En application d’une décision administrative, des opérations de fouille et de rafle à caractère routinier sont annoncées de la part des services de sécurité dimanche à Mora, ville faisant partie d’une liste de cibles d’attaques armées et d’attentats-suicides meurtriers commis par cette organisation terroriste sur le sol camerounais.

Source : © Agence de presse Xinhua

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz