Cameroun : Louis Paul Motaze résilie un projet de complexe économique et touristique avec l’émirati Ruwaad Holdings Limited

Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) | © SPM
Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) | © SPM

Le gouvernement camerounais a résilié la convention portant sur la réalisation d’un complexe économique et touristique à Yoyo (Littoral) signé avec le groupe émirati Ruwaad Holdings Limited, d’un montant de 100 milliards FCFA et prévu pour employer 400.000 personnes, selon un communiqué du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT), Louis Paul Motaze.

«Depuis plus de trois ans le gouvernement, à travers diverses démarches, n’a cessé d’activer son partenaire pour l’exécution de ses engagement. En dépit de ces relances, le groupe Ruwaad n’a posé aucun acte découlant de ses engagements audit contrat, notamment la création de la société de gestion du projet, dans un délai de soixante jours au plus après la signature de la convention», peut-on y lire.

Selon M. Motaze le calendrier, fixé par les modalités de la convention, n’a pas été respecté par le partenaire, qui n’a plus manifesté un quelconque intérêt à poursuivre le projet et ce alors que la mise en demeure, à lui adressée le 29 janvier 2016, s’est révélée infructueuse.

Le gouvernement camerounais, qui dénonce ainsi ladite convention vis-à-vis de laquelle il ne se sent plus lié, s’emploie à toutefois à «prendre toutes les dispositions appropriées» pour la mise en œuvre diligente de cet important projet qui cadre avec la vision du président Paul Biya dans le sens de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035.

C’est le 30 octobre 2009 que le Cameroun et Ruwaad Holdings Limited ont signé une convention de partenariat portant mise en œuvre du projet stratégique de développement d’un complexe économique et touristique à Yoyo, rappelle-t-on, ensuite objet d’un arrêté de déclaration d’utilité publique d’une superficie de 10.087 hectares.

Le 13 novembre 2013 le MINEPAT, dans une correspondance au président directeur général du groupe Ruwaad qui pour sa part s’inquiétait des retards dans le chronogramme fixé d’accords parties,, indiquait que «des dispositions sont prises actuellement pour la viabilisation du site par l’administration camerounaise».

Lesdites dispositions, apprenait-on alors, concernaient la mise à disposition du site ainsi que son transfert à la société chargée de la gestion du projet, la mise en place des réseaux d’eau, d’électricité et de télécommunications ainsi que la réalisation d’une voie d’accès bitumée au site.

Dans la foulée, le gouvernement sommait les différentes administrations impliquées à respecter leur cahier de charges sous huitaine.

Entre-temps, selon des sources introduites, le projet Yoyo s’est retrouvé au cœur des appétits égoïstes et autres tracasseries nourris par des dignitaires du régime de Yaoundé.

Par © CAMERPOST

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz