Cameroun : l’Observatoire national sur les changements climatiques créé par Paul Biya prend corps

Créé par Paul Biya, l'ONACC est notamment chargé d'établir les indicateurs climatiques pertinents pour le suivi de la politique environnementale. | © PRC
Créé par Paul Biya, l’ONACC est notamment chargé d’établir les indicateurs climatiques pertinents pour le suivi de la politique environnementale. | © PRC

Joseph Armathé Amougou et Forghab Patrick Mbomba ont été nommés respectivement directeur et directeur adjoint de l’Observatoire national sur les changements climatiques (ONACC) du Cameroun, a-t-on appris au terme d’un décret présidentiel publié mercredi.

Dans le même temps, Wouamene Mbele est fait président du conseil d’orientation de cet organisme public.

Créé le 10 décembre 2009 par le chef de l’Etat Paul Biya, l’ONACC est notamment chargé d’établir les indicateurs climatiques pertinents pour le suivi de la politique environnementale, de mener des analyses prospectives visant à proposer une vision sur l’évolution du climat, de fournir des données météorologiques et climatologiques à tous les secteurs de l’activité humaine concernés et de dresser le bilan climatique annuel du pays.

Il doit aussi initier et promouvoir des études portant sur la mise en évidence des indicateurs, des impacts et des risques liés aux changements climatiques, collecter, analyser et mettre à la disposition des décideurs publics, privés ainsi que des différents organismes nationaux et internationaux, les informations de référence sur les changements climatiques au Cameroun.

L’ONACC doit également initie des actions de sensibilisation et d’information préventive sur les changements climatiques, être un instrument opérationnel dans le cadre des autres activités de réduction des gaz à effet de serre, proposer au gouvernement des mesures préventives de réduction d’émission de gaz à effet de serre ainsi que des mesures d’atténuation et/ou d’adaptation aux effets néfastes et risques liés aux changements climatiques

Selon le Plan national d’adaptation aux changements climatiques (PNACC) que vient de publier le gouvernement, quelque 320.000 Camerounais, sur une population totale de quelque 22 millions d’âmes, sont déjà touchés à plusieurs niveaux par les catastrophes liées au climat.

© CAMERPOST avec © APA

  • voila une sage decision du preident paul biya. prevenir vaut mieux que guerrir.

  • en afrque et au cameroun en particulier nous subissont les effets du changement climatique alors que nous n’en produisont pas

  • ntonga joel

    il etait temps que cette institution prenne ses fonctions car l’afrique subit enormement les degats que l’europe, la chine et les USA produisent sur l’environnement. je pense qu’il erait important de controler ce phenomene et que les responsables assument.