Cameroun – Livre : Les divers profils du Roi Njoya – 10/10/2014

Un livre intitulé : « le Roi Njoya, créateur de civilisation et précurseur de la renaissance africaine » a été récemment présenté à Yaoundé.

Le sultan Njoya recevant l'hommage d'un vassal. Cliché Marie-Pauline Thorbecke, 1912.
Le sultan Njoya recevant l’hommage d’un vassal. Cliché Marie-Pauline Thorbecke, 1912.

C’est en réalité une œuvre collective qui a été présenté au public. Un œuvre qui rassemble le savoir de 27 passionnés d’histoire. L’ouvrage de 401 pages est le résultat de la réflexion collective lors du colloque international sur le Roi Njoya tenu les 27 et 28 novembre 2013, à l’université de Yaoundé I. le livre referme quatre parties. La première est intitulée : Njoya ou la rencontre des civilisations. La seconde est consacrée à l’historicité du royaume Bamoun et la singularité du règne de Njoya. La troisième parle des trajectoires particulières et renaissances africaines et la dernière s’intéresse aux écritures et productions des savoirs et savoirs-faires en Afrique.

À la première lecture, il aisé de comprendre que cette production regroupant des actes scientifiques, s’adresse à un certain public, notamment les universitaires et chercheurs. Néanmoins le livre richement documenté est une véritable incursion dans la vie du 17e roi de la dynastie Bamoun mort en 1933. On y découvre un Njoya dont la curiosité touche de nombreux domaines. C’est un roi avide de savoir, mais aussi soucieux du bien être de son peuple. On lui doit la création d’une écriture et d’une langue, le  Shumom ; l’invention d’une machine à moudre. Il a en outre tracé sur une carte les contours géographiques de son royaume.

Pour le professeur Jacques Fame Ndongo préfacier du roman : « évoquer Njoya ne doit pas seulement stimuler l’imagination des poètes et flatter les égos claniques, tribaux, ethniques, régionaux ou nationaux. Cette évocation, voire cette célébration, nous interpelle et nous incite à faire preuve de plus d’imagination créatrice pour rattraper le retard qui nous sépare des pays développés ». Tout un programme en perspective.

© Camer Post – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz