Cameroun – Lions indomptables : y a-t-il un problème Kameni ?

Y a-t-il un problème Kameni dans les Lions indomptables du Cameroun ?
Y a-t-il un problème Kameni dans les Lions indomptables du Cameroun ?

Etincelant en club, le portier de Malaga n’est toujours pas appelé en sélection. Volker Finke lui préfère Fabrice Ondoa, qui fait banquette en troisième division espagnole. Tentative d’explication.

Sa forme actuelle : Etincelante
Barré par Willy Caballero pendant deux longues saisons, Carlos Kameni a retrouvé son poste de titulaire la saison dernière. L’ancien portier du Havre a alors bouclé une saison pleine pendant laquelle son club Malaga a tutoyé les places européennes. L’entame de l’exercice 2015 est même un ton en dessus. Comme du bon vin, Kameni semble se bonifier avec l’âge. 31 ans et des claquettes à en donner le tournis. Le gardien de but a fait échec à l’illustre Msn du Fc Barcelone (Messi, Suarez, Neymar) lors de la 2e journée de la Liga avant de se payer le Real et sa gâchette Cristiano Ronaldo à la 6e journée. Le champion Olympique de 2000 est unanimement reconnu comme étant le meilleur gardien de ce début de saison en Liga espagnole.

Ses rapports avec la sélection : Toujours prêt à servir
« Au-delà de la parole donnée, je ne rentrerais pas dans le jeu des polémiques. J’ai toujours respecté le choix des entraineurs, que ce soit en sélection ou en club. Je me suis toujours concentré sur ce qui est mon travail. Vous savez ? On dit : la parole est d’or ». Ainsi parlait Kameni dans une interview accordée à la Crtv en début d’année. Le joueur faisait référence à la parole, celle du sélectionneur. Finke avait demandé à Kameni de retrouver  du temps de jeu pour espérer un retour en sélection. Kameni est persuadé d’avoir rempli sa part du contrat mais pourquoi est-il toujours absent des listes ? Après quelques sélections lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014, le portier n’a pas été retenu pour la phase finale du Brésil. Mais il a avalé la couleuvre et a remis le bleu de chauffe. Aujourd’hui titulaire en club il réitère son engagement à servir son pays : « J’ai toujours dis que je suis très fière d’être camerounais. J’ai été très ravi de porter les couleurs de mon pays et pouvoir défendre le Cameroun dans toutes les compétitions où j’ai été convié » a-t-il martelé dans cet entretien accordé à la Crtv. Pourquoi donc ce gardien de but qui flambe et se dit disposé à aider son pays est-il royalement ignoré par le sélectionneur national ? Son âge est-il rédhibitoire ?

Son âge : 31 ans, pas un handicap
Après la Coupe du Monde du Brésil, Volker Finke a reçu carte blanche pour opérer un rajeunissement en profondeur de l’équipe avec en vue le cap de la Can 2019 que le Cameroun organise. Si le sélectionneur a fortement chamboulé son groupe, il a tout de même gardé certains cadres chargés de jouer les mentors. Dans les buts la situation est plutôt controversée. Fabrice Ondoa 19 ans, est titulaire. Il est secondé par un « vieux » de 29 ans, Rolland Ndy Assembe qui n’est qu’un très moyen gardien de D2 française (Nancy). Entre Ndy Assembe et Kameni il n y a que 2 ans de différence. Ce critère n’est donc pas décisif sur ce cas. En plus, Kameni a tenu à recadrer les choses dans sa sortie sur la Crtv: « Je pense que le Cameroun c’est le seul pays où on parle de vieillesse alors que c’est le terrain qui parle. En Europe on a Buffon qui a 37 ans et qui est capitaine et gardien de l’équipe d’Italie. On a plein de gardiens ayant dépassé la trentaine et je n’ai jamais entendu parler d’une question d’âge à ce niveau. Ici en Europe on nous fait comprendre que le gardien devient mature à partir de la trentaine ». En 1990 Thomas Nkono a brillé en Coupe du Monde alors qu’il avait 34 ans. Joseph Antoine Bell a joué jusqu’à 40 ans. A 31 ans les gardiens de but sont loin de penser à la retraite. Le problème est forcément ailleurs.

Kameni est-il un banni ?
« Je ne trouve pas d’explication à ce qui se passe et je ne cherche pas à comprendre ni à creuser. Tous les spécialistes que je rencontre en sont ébahis. Que voulez-vous que je fasse ? », fulmine le joueur. A l’évidence, il y a un problème Kameni en sélection nationale. Dans les allées du ministère des sports un cadre évoque ce joueur anti patriote qui s’est permis un jour de rire aux éclats sur le banc de touche pendant que le Cameroun buvait la tasse. On fait aussi allusion au fameux « 1984 », un club de cadres de la sélection que le portier formait avec Geremi, Eto’o et Rigobert Song. De vieilles histoires qui n’ont plus aucune pertinence aujourd’hui. Une seule piste résiste à la l’analyse, celle qui mène vers Samuel Eto’o, l’ancien capitaine qui a entrainé ses principaux lieutenants dans sa chute. Sur ses deniers jours en sélection, Eto’o était incontestablement proche de Carlos Kameni qu’il avait même voulu imposer à la place de Charles Itandje. Apparemment Volker Finke veut lui faire payer cette proximité.

L’avis de Finke
Interrogé sur la question après le non match de Fabrice Ondoa face au Nigéria, le sélectionneur a bredouillé une réponse qui laisse sceptique : « Je ne veux pas parler de ce sujet « Kameni » il s’est passé beaucoup de choses après les dernières compétitions, nous sommes entré en reconstruction…c’est vrai vous avez raison, le petit Ondoa ne joue pas en club, il était question d’une nouvelle génération, je veux aussi encourager la jeunesse, il y a aussi Ndy Assembe. » Que veut donc faire Finke ? Encourager la jeunesse quit à titulariser un gardien de but qui ronge son frein en 3e division ? Subrepticement le sélectionneur glisse, « il y a aussi Ndy Assembe Camer.be». Quels sont les états de service de cette doublure ? A-t-elle un jour atteint un niveau de rendement qui puisse imposer sa présence permanente chez les Lions ? A l’évidence, Finke se perd en conjectures sur la question. Sur la fin de son propos il est même obligé de reconnaitre que la titularisation de Fabrice Ondoa est devenu un problème : « Aujourd’hui Ondoua est clairement fautif sur le premier but encaissé, il en est conscient, et c’est vrai que si sa situation ne change pas en club, on prendra des décisions ». Le sélectionneur a-t-il enfin pris conscience que son obstination menait à la perte. Est-il prêt à redonner une chance à Carlos Kameni ? Ceux qui avec Finke ont décidé de la mise en quarantaine du joueur vont-ils lever la mesure ? Les premiers éléments de réponse sont attendus dès le mois prochain lors du match Cameroun-Niger comptant pour le deuxième tour éliminatoire de la Coupe du Monde 2018.

Source : © Le Jour

Par Hiondi Nkam IV