Cameroun – Lions indomptables: L’indécente revendication ! – 27/05/2014

Les joueurs de la sélection nationale exigent des primes mirobolantes à quelques jours de la Coupe du Monde.

Lions-Indomptable-_-PrimeLes précédents ne les ont pas instruits. Sur la route de la Coupe du Monde 2002 au Japon, les Lions Indomptables s’étaient offert une grève de cinq jours qui leur avait couté ce mondial où ils étaient annoncés parmi les favoris.

Sensibilisé par cet énième feuilleton pittoresque, le gouvernement camerounais s’est depuis employé à désamorcer la fameuse bombe à retardement que constitue la question des primes. Lors de la dernière Coupe du Monde Sud-Africaine par exemple, les joueurs ont perçu une prime de participation de 45 millions de FCFA. Insuffisant cependant pour camoufler les grandes carences d’un groupe lézardé par des querelles de clochers qui boira la tasse jusqu’à la lie au pays de Nelson Mandela. 31ème sur 32 équipes.

Et c’est ce même groupe à quelques exceptions prêt conduit par son capitaine aux pulsions mégalomaniaques toujours aussi pressantes, ce même groupe qui bredouille un football approximatif, qualifié sur les décombres” de l’amateurisme du Cap Vert et de la déliquescence de la Tunisie qui se paie le luxe de tenir le pays de Théophile Abega et autres Bonaventure Djonkep en laisse sur une nouvelle question de primes. « C’est sûr qu’il y a une discussion au niveau des primes et on ne va pas se le cacher. Néanmoins, en ce qui concerne les chiffres, nous préférons les garder pour nous pour le moment, en attendant que ce soit officiel», a ainsi reconnu le «Sergent» Jean II Makoun l’un des joueurs cadres de la sélection, depuis Walchsee, en Autriche où les Lions sont en stage. La presse a évoqué le chiffre astronomique de 120 millions de FCFA exigé par les joueurs qui ont sèchement rejeté l’offre du gouvernement camerounais qui oscillait autour de 45 millions de FCFA.

Toujours englué dans un conflit absurde avec les dirigeants de la Fécafoot, le capitaine des Lions Indomptables Samuel Eto’o a su fédérer ses coéquipiers autour de cette question sensible qui touche à leurs bourses. Pour une fois en rang serrés, les Lions Indomptables ont menacé de faire grève et de ne pas disputer le match amical à grand enjeu financier prévu le 01 Juin face à l’Allemagne si des primes conséquentes ne leur sont pas allouées. Informé de l’émoi que cette nouvelle revendication aussi intempestive que maladroite a suscité dans le pays, Eto’o a vite fait de rameuter des journalistes présents sur le lieu du stage en Autriche pour préciser le sens de leur demande. Dans une interview accordée au site mboafootball.com, l’attaquant de Chelsea remercie ardemment le gouvernement «qui a fait un geste énorme» mais s’attaque une fois de plus à la Fécafoot coupable, selon lui, de dissimuler les revenues colossaux engrangés par les joueurs: «Notre préoccupation était plus tournée vers la Fecafoot qui gère l’équipe nationale. Les joueurs de cette équipe nationale ont fait rentrer des fonds, nous avons posé la question de savoir qu’est-ce qu’il en était» a affirmé Samuel Eto’o. Et pour être plus précis sur la question, le capitaine donne des chiffres: «500 mille euros que Puma a versé pour notre qualification, cinq millions d’euros qui rentreront dans les caisses de la Fecafoot pour notre qualification à la coupe du monde, et j’espère les 4 millions d’euros qui viendront si jamais on passe au deuxième tour, … Quelle est notre quote-part dans tout cela parce que nous avons travaillé pour que cet argent soit dans les caisses de la Fecafoot». Cette revendication qui peut paraitre légitime est pourtant fortement emprunt du vice de l’indécence et de l’opportunisme. Eto’o et ses amis le savent, les retombées de La Coupe du Monde sont souvent partagées entre ce gouvernement qu’ils veulent dédouaner et la Fécafoot. Mieux encore, les dépenses entreprises par la Fécafoot —construction d’un siège- après la Coupe du Monde de 2010 avaient été validées par le Ministère des Sports alors dirigé par Michel Zoa.

Il est fort probable que les joueurs qui se trouvent en position de force obtiennent gain de cause, mais au final, il est urgent de s’interroger sur le mercantilisme débridé de ces «soldats» d’un autre genre dont on attend toujours les premiers lauriers sur le champ de bataille. De s’émouvoir devant la désinvolture d’une bande de jeunes embourgeoisées, insensibles aux périls de l’heure et qui n’ont par exemple jamais cédé le moindre centime de leurs émoluments princiers pour la cause du développement du football local. Après leur humiliation en match amical face au Portugal, les Lions et leur capitaine donquichotte auraient peut-être été avisés d’étouffer un temps soit peu leur appétit vorace, pour d’abord s’occuper à redonner une fierté à un peuple camerounais qui rumine une si longue disette.

Source : © Le Jour
Par Hiondi Nkam

  • l’argent ke la fifa verse au cameroun pr chaque participation à la coupe du monde n’a jamais servit dans notre pauvre pays! n’en parlons plus des primes que les sponsors divers octroint! donc, si nos dirrigeants ne prouvent pas leur esprit patriotique, c pas aux joueurs de se sacrifier pour seul pretexte de patriotisme. Donc pr moi, C PRIME SONT MÊME TRES PETIT.