Cameroun : l’informatisation du fichier d’ état civil entre dans sa phase d’implémentation

L’informatisation du fichier d’ état civil entre dans sa phase d’implémentation | © CAMERPOST / Pascal FOTSO

Le Programme de réhabilitation de l’ état civil au Cameroun (Pre2C), d’un coût de 17,8 milliards FCFA, va entrer dans sa phase d’implémentation après 10 ans d’élaboration, a-t-on appris ce jeudi auprès des services compétents du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MINATD).

Cette réforme du système d’ état civil, mise en place avec l’appui de la France et qui vise au premier chef la sécurisation de la nationalité, intervient alors que ce département ministériel décrit lui-même une « situation peu reluisante de ce secteur ».

Phase opérationnelle

Selon les données officielles en effet, 30% des enfants naissant au Cameroun, pays de quelque 22 millions d’habitants, ne se font pas établir un acte de naissance, la moitié des 9 à 11 millions d’actes répertoriés s’avère inexploitable, seuls 6% des décès sont déclarés en même temps qu’on déplore un taux relativement bas du recours des populations aux services et faits d’ état civil.

Avant la phase opérationnelle, le MINATD aura déjà procédé à la collecte et à l’actualisation désinformations qui ont permis de cartographier 2 649 centres d’ état civil dûment identifiés, dont 374 au sein des collectivités territoriales décentralisées, 45 centres principaux au sein des missions diplomatiques et consulaires du Cameroun à l’étranger et 2230 centres secondaires.

Le Cameroun dispose, rappelle-t-on, d’un Bureau national de l’état civil créé par décret présidentiel du 13 février 2013, lui-même découlant d’une loi rénovant et réglementant le secteur depuis le 6 mai 2011.

© CAMERPOST avec © APA