Cameroun – Ligue de football professionnel : Les défis de Pierre Semengue

Les défis de Pierre Semengue à la Ligue de football professionnel (LFPC) | Archives/DR
Les défis de Pierre Semengue à la Ligue de football professionnel (LFPC) | Archives/DR

Entre la quête d’une autonomie financière, l’amélioration des conditions des joueurs ou les infrastructures sportives, le mandat de Pierre Semengue s’annonce chargé.

C’est officiel depuis le 28 juillet 2016 : Pierre Semengue va présider aux destinées de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) pour les quatre prochaines années. Et ce, après avoir dirigé l’instance dès sa mise sur pied en 2011. Aujourd’hui, l’homme espère accomplir tout ce qu’il n’a pu jusqu’ici réaliser avec un budget évalué à près de 200 milliards F. Ambitieux, serait-on tenté de penser mais il faut dire que les défis qui attendent la nouvelle équipe sont gargantuesques.

A commencer par la question des infrastructures sportives. La fermeture, pour cause de travaux de certains stades a fait ressortir de façon criarde leur insuffisance. Depuis le début de la saison, le championnat s’est déporté vers Mfou, Mbalmayo, Mbankomo et même le terrain de YOSA. Les conditions de jeu sont parfois déplorables et on pourrait se demander comment on fait pour jouer sur de la terre battue en Ligue 2 en 2016. A ce sujet, Pierre Semengue a promis de construire non seulement des complexes omnisports couverts, mais aussi des stades de 10 000 et 15 000 places et des Centres techniques dans une dizaine de villes.

En ce qui concerne le financement, autre problème épineux de la LFPC, il faut bien trouver la solution pour ne plus dépendre entièrement des subventions de l’Etat, qui auraient d’ailleurs dû s’arrêter après les trois premières années d’existence de la Ligue. Or, jusqu’à présent, celle-ci n’est toujours pas autonome et court toujours après des sponsors dignes de ce nom. L’une des conséquences, c’est l’indigence des clubs, incapables de se structurer financièrement. Une situation qui, par ricochet, impacte sur le traitement des joueurs, ceux-ci se contentant encore des miettes. La Ligue compte donc sur les incitations de l’Etat en faveur des sponsors qui voudront bien la soutenir dans l’avenir. Pourra-t-on, également durant les quatre prochaines années, obliger les clubs à se conformer aux exigences de la Confédération africaine de football (siège social, terrain d’entraînement, centre de formation, infirmerie, personnel qualifié, moyens financiers importants) ?

S’agissant de la qualité du spectacle et incidemment du retour des spectateurs dans les stades, on semble croire à la Ligue qu’augmenter chaque année le nombre de clubs est la solution et il n’est pas impossible de passer à 20 lors de la saison prochaine, conformément à une des promesses de campagne de Pierre Semengue.

Source : © Cameroon Tribune

Par Josiane R. MATIA

  • ancien ou nouveaux defis?

  • Oui on a besoin d’aide….???

  • S il a les predispositions d un citoyen qui se bats pour ses propres causes,affaires et problèmes, tout changera…..

  • Nous, hommes de la rue, nous jugeront Pierre Semengue dans (4

  • Nous, “hommes de la rue”, nous allons, dans (4) quatre ans, juger le travail du général Semengue, que par la construction des stades que nous voyons construits. Nous n’allons nous accrocher sur aucun autre critère “flou ou expliqué” et là si ce n’est fait, Son grade de “général” risque de finir comme l’agrégation de Joseph Owona à la fécafoot.

  • je pense que le général pierre semengue a le profil pour mieux gérer la ligue et honorer ses engagements de campagne.
    son patriotisme et son sens de la loyauté nous garantissent mieux que quiconque de la réussite de ce qu’il a comme cahier de charge.

  • Général tu as un moral haut com TT bon militaire, mais le physique je ne croix pas que tu pourra galvaniser et suivre tous les chantiers qui sont Dieu seul sait si nombreux,wait and si

  • Foutaise, n, importe kwa,

  • Ce ke vs faites ds ce pays vs aurez les comptes a rendre le mmt venu,