Cameroun: La Ligue camerounaise de football réhabilitée par le tribunal local du sport

Siège de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) à Yaoundé | Photo d'archives
Siège de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) à Yaoundé | Photo d’archives

La Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) a annulé les résolutions prises le 17 mars dernier par la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) de mettre sur pied un comité provisoire de gestion de la Ligue de football professionnel (LFPC) pour un mandat d’un an, a appris APA de source officielle.
La fédération est aussi condamnée au remboursement des frais de procédure et ceux du conseil, la décision étant par ailleurs exécutoire dès le prononcé de la sentence et les parties disposant d’un délai de 21 jours pour se pourvoir éventuellement devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse).

Le comité exécutif de la FECAFOOT, rappelle-t-on, constatant que les statuts de la LFPC n’ont pas été adoptés conformément à la loi et aux statuts en vigueur, avait renouvelé à 50% les membres de l’exécutif sortant du comité provisoire de gestion de la Ligue avec un mandat expirant le 30 avril 2017, mettant ainsi hors-jeu le bureau en poste et qui avait lancé le processus d’élection d’un nouvel exécutif.

La nouvelle entité, qui a tout de même conservé à la présidence le général d’armée à la retraite Pierre Semengue, avait ainsi pour missions d’administrer la Ligue, de veiller au respect de la légalité et à l’application des statuts et règlements, de gérer les affaires courantes, d’organiser les compétitions nationales et de trancher tout cas n’étant pas réservé à d’autres organes.

Dénonçant une «escroquerie morale», M. Semengue avait estimé que les décisions de la FECAFOOT concernant son organe étaient prises «en dehors de la loi».

Les statuts mis en cause par la fédération, note-t-on, concernent principalement l’article 82 relatif au mandat initial de la structure qui précise : «Pour le mandat initial, le président de la Ligue est nommé par le président de la FECAFOOT après concertation avec le ministre en charge des Sports pour un mandat de deux ans non renouvelable. Il lui est interdit de se présenter aux élections suivant ledit mandat.»

Cette disposition avait été supprimée sous l’égide de Pierre Semengue, en poste depuis le 26 juillet 2011 et qui avait, le 25 juillet 2013 et en pleine crise de légitimité, mis sur pied un comité provisoire de gestion dont le mandat, déjà prorogé à deux reprises, s’achève le 30 avril prochain.

CAMERPOST avec APA