Cameroun : liberté provisoire rejetée pour trois leaders anglophones

Cameroun : liberté provisoire rejetée pour trois leaders anglophones

Le tribunal militaire de Yaoundé a rejeté mercredi la demande de mise en liberté provisoire de trois personnalités de la partie anglophone du Cameroun, arrêtées en fin 2016 dans le cadre de revendications sociopolitiques dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a constaté APA sur place.

Présentés comme des leaders de la Cameroon Anglophone Civil Society Consortium (CACSC), les mis en cause sont l’avocat Felix Agbor-Balla Nkongho, l’enseignant d’université Neba Fontem Aforteka’a et l’animateur de radio Mancho Bibixy.

A la barre, le commissaire du gouvernement, qui pourtant, le 24 mai dernier avait déclaré qu’il n’était «pas hostile» à une liberté sous caution assortie d’une mise sous surveillance judiciaire des concernés, est revenu sur cet avis, estimant que les accusés sont poursuivis pour des faits d’une gravité qui pourrait leur valoir la peine de mort.

L’accusation a ainsi rappelé, pour rejeter le délibéré prévu ce mercredi, que les trois leaders étaient accusés de coaction de terrorisme, d’hostilité contre la patrie, de sécession, de révolution, d’insurrection, d’outrage à corps constitués et aux fonctionnaires, d’excitation à la guerre civile et de propagation de fausses nouvelles.

La mesure d’apaisement espérée par les avocats des prévenus, à travers une libération conditionnelle, a ainsi été battue en brèche par le procureur au moment où les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest restent sous le coup de revendications.

Au départ corporatistes, ces revendications émanant d’avocats et d’enseignants se sont  muées en exigences de fédéralisme, voire de partition du Cameroun.

La cause a été renvoyée au 29 juin prochain, date à laquelle plusieurs autres personnes, poursuivies pour les mêmes faits, devraient également être présentées à la barre.

Dans un rapport publié la veille, le Réseau des défenseurs des droits de l’Homme et des peuples (REDHAC) fait état d’un total de 71 individus détenus à Yaoundé dans le cadre de cette affaire, au lieu des 23 personnes officiellement reconnues par le gouvernement.

Le CACSC, au départ principal interlocuteur du gouvernement dans la crise anglophone, a été interdit en janvier dernier par les autorités du pays.

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Cameroun : liberté provisoire rejetée pour trois leaders anglophones"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Herbert Melchior Bekono Biyidi

Tous dernière S.e Paul Biya…

Nkouly Marc Olivier

Tous en marche vers etoudi ! Trop c’est trop !

wpDiscuz