Cameroun – Liberté d’expression : Amnesty International dénonce le gouvernement

Balkissa Idé Siddo, le directeur Afrique de l’Ouest et Centrale d’Amnesty International (en gandoura de couleur verte) face aux médias à Yaoundé | Ph. Archives/DR

L’ONG vient de rendre public son rapport dans lequel sont relevés les méthodes d’intimidation, de harcèlement et de menaces du gouvernement camerounais à l’endroit des civils et journalistes.

Amnesty international a rendu public son rapport le 21 février 2017. Le constat fait sur la liberté d’expression dans le pays de Paul Biya n’est pas du tout reluisant. Selon l’organisation non gouvernementale les victimes sont les journalistes et les militants de la société civile.

« Des journalistes ont déclaré que, face aux restrictions pesant sur les libertés d’expression et d’association et de réunion pacifique, ils pratiquaient l’auto censure afin de ne pas subir les conséquences qui découleraient d’une critique visant les autorités, en particulier sur des questions liées à la sécurité. » lit-on dans le document.

Marche pacifique

Amnesty international relève aussi certaines manifestations de la société civile interrompu brutalement par les forces de l’ordre, en prenant les faits du 08 avril 2016. Kah Walla, présidente du parti populaire du Cameroun (CPP), et 11 membres de son parti, après une marche pacifique contre le gouvernement, « ont été emmenés au poste de police judiciaire du quartier Elig-Essono, à Yaoundé, pur insurrection et rébellion contre l’Etat ».

Ou encore le 28 octobre 2016 lorsque Kah Walla et ses sympathisants, réunis au siège de leur parti à Yaoundé, sont mis aux arrêts. Ils étaient réunis  « pour une prière à la mémoire des victimes de l’accident de train d’Eséka ». L’arrestation s’est déroulée sans mandat, est-il précisé dans le document.

L’ONG mentionne également dans son rapport qu’au début (octobre 2016) de la crise anglophone dans les régions du Nord-ouest « les forces de sécurités camerounaises ont arrêté arbitrairement des manifestants et ont eu recours à une force excessive pour les disperser…elles ont tué deux à quatre personnes en tirant à balles réelles lors d’une manifestation. »

© CAMERPOST par Alain Ghislain Kanga

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Cameroun – Liberté d’expression : Amnesty International dénonce le gouvernement"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Adjabs Eric

Vraiment cest la catastrophe

Appolinaire Mimbe

Vous nous fatiguez à la limite avec vos pseudo rapports…ça c’est lorsqu’il s’agit du Cameroun et de l’Afrique en général et qu’en est il lorsqu’il s’agit de la France,des USA et autres pays occidentaux? Foutaise droits de l’homme !

mbarga

le Cameroun ne se reconnait pas dans ce rapport nous connaissons ce que ces ONG créent pour se faire de l’argent mais cette fois ci vous avez menti. depuis des années vous cherchez à déstabiliser le Cameroun en inventant des rapports contre le Cameroun. chaque pays a ses réalités et une loi conformément à sa gouvernance et au choix du peuple.

Adama Abdou

le Cameroun n’est pas ce que vous racontez car le Cameroun a des lois que chaque citoyen doit respecter et ceci dans le respect aussi des droits de l’homme. le Cameroun n’est pas un pays anarchique où tout le monde pourra venir faire ce qu’il veut. certains de nos journalistes ne maitrisent même pas l’éthique du journalisme et comme chaque individu qui passe à la télévision ou qui présente une émission est déjà journaliste on arrive à des dérives de toute sorte. le Cameroun est un Etat de droit.

Sandrine Kade

le cameroun est un Etat de droit et ce n’est pas une ONG qui viendra nous dire comment faire appliquer nos lois au cameroun. le president Paul Biya et son peuple veulent un pays de paix et d’unité. personne ne peut venir nous manipuler pour semer la terreur au cameroun.

Christian Yebo

amnesty international passe son temps à salir l’image du cameroun en racontant les mensonges sur le cameroun. ceux qui ne respectent pas la loi sont sanctionné et c’est normal. au cameroun les droits de l’homme sont respectés au cameroun et de même les citoyens doivent respecter les lois de la republique.

wpDiscuz