Cameroun – Libération de Lydienne Yen Eyoum : en toute souveraineté

L'avocate franco-camerounaise Lydienne Yen Eyoum, le 6 octobre 2014, après sa condamnation à 25 ans de prison par la justice camerounaise pour détournement de fonds publics. | © AFP PHOTO / YEN-EYOUM FAMILY
L’avocate franco-camerounaise Lydienne Yen Eyoum, le 6 octobre 2014, après sa condamnation à 25 ans de prison par la justice camerounaise pour détournement de fonds publics. | © AFP PHOTO / YEN-EYOUM FAMILY

La grâce présidentielle accordée à l’avocate lundi dernier en conformité avec la séparation des pouvoirs et les prérogatives constitutionnelles du président de la République.

Lydienne Yen Eyoum a-t-elle bénéficié de la grâce présidentielle, simplement parce qu’elle est de nationalité française ?

Voilà la question qui s’impose, à la lumière des centaines de réactions postées depuis lundi soir sur les réseaux sociaux. A peine quelques minutes après la lecture du décret présidentiel au journal parlé de 20h sur la Crtv, les nouveaux médias à la mode que sont Facebook, Twitter et compagnie se sont vite enflammés autour de ce qui constituait la grande information de ce début de semaine au Cameroun.

Il fallait s’y attendre. Dans cet univers où la liberté d’expression s’exerce avec pour seule règle l’absence de règle, les commentaires vont évidemment dans tous les sens. Ils tiennent parfois de l’affectif, de l’épidermique, du patriotique ou de tout cela à la fois. Et dans l’ensemble, beaucoup d’opinions émises laissent à penser que l’auteur du décret présidentiel aurait signé sous la pression, du fait de la nationalité de la bénéficiaire. La pression serait donc venue de la France, et aurait été si forte que le président de la République a  pris cet acte sous la contrainte ? Paul Biya serait donc moins patriote, moins défenseur de la fortune publique que ceux qui s’indignent aujourd’hui ?

Au-delà des lectures affectives et autres interprétations faciles, seuls les faits resteront constants. Le premier, c’est que le président de la République, Paul Biya a accordé la grâce à une condamnée qui en avait fait la demande. Le deuxième, c’est que le chef de l’Etat ne s’est pas mis en marge de la loi en prenant cet acte dont la légitimité et la légalité sont conférées par la Constitution. Troisième fait, et les spécialistes de droits nous le confirmerons : le décret signé lundi dernier est tout, sauf une absolution complète pour Me Lydienne Yen Eyoum, qui a bel et bien été reconnue coupable de détournement de deniers publics et condamnée à cet effet par le Tribunal criminel spécial et la Cour suprême du Cameroun. Et si le mécanisme de la grâce présidentielle lui permet de recouvrer la liberté, il ne la dispense aucunement des peines pécuniaires prononcées à son encontre. Peines qui devraient permettre à l’Etat plaignant de rentrer dans ses droits.

Cela dit, le président a-t-il signé sous une quelconque pression ? Cette question aussi, à laquelle des esprits peu avisés trouvent une réponse facile, mérite réponse à la lumière des faits. Et les faits nous imposent de reconnaître que le gouvernement français s’est bel et bien intéressé au cas de Me Yen Eyoum, comme il l’a fait précédemment au sujet de Michel Thierry Atangana. Lors de sa visite d’Etat au Cameroun, il y a un an, le président François Hollande, interrogé par un journaliste avait révélé que, saisi par la famille de Mme Yen Eyoum, il en avait fait part à son homologue camerounais, tout en reconnaissant que les décisions « appartiennent au président Biya, aux autorités camerounaises et à la justice camerounaise ». Chaque pays se préoccupe naturellement de ses ressortissants à travers le monde. Et donc, la France, à travers diverses personnalités (élus, membres de la société civile…), diverses institutions ou canaux plus ou moins subtils, a clairement montré son intérêt pour le sort de l’avocate. Cela ne suffit pourtant pas à tirer des conclusions hâtives sur une prétendue pression, suivie d’un prétendu effet. Surtout que la réponse du chef de l’Etat camerounais au même journaliste, quelques minutes avant François Hollande, avait été très claire. Elle évoquait d’une part la nécessité de laisser la justice faire son travail ; et d’autre part, le pouvoir discrétionnaire du président de la République en conformité avec la loi. Le décret que Paul Biya a signé ce 4 juillet n’en est que la suite logique. Alors trêve de bavardage !

Source : © Cameroon Tribune

Par Yves ATANGA