Cameroun : L’espace public dégagé à Bonamoussadi – 02/02/2015

Fritz Ntoné Ntoné, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala.
Fritz Ntoné Ntoné, délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala.

Une opération de libération des trottoirs et chaussées s’est déroulée vendredi.

Vendredi 30 janvier 2015 à Bonamoussadi. Les forces de l’ordre sont de sortie. Objectif, encadrer l’opération de libération des emprises publiques menée par la Communauté urbaine de Douala. Constructions et autres installations encombrant chaussées et trottoirs seront ainsi broyées par les engins de la Cud, leurs occupants déguerpis.

Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la Cud, présent sur le terrain, a tenu à rappeler quelques principes de base en matière d’ordre urbain : « Il n’y a pas de guerre entre l’Etat et ses citoyens. Mais l’Etat demande simplement le respect de la réglementation, une certaine discipline. La chaussée, c’est pour la circulation des voitures, des motos et des vélos. Le trottoir, c’est pour la circulation des piétons. Et quand vous y installez votre activité, vraiment, ce n’est pas normal ».

Cette action coup de poing de la Cud vient à la suite de plusieurs avertissements lancés en 2014, invitant les contrevenants à libérer les emprises publiques : « Nous avions déjà transmis les sommations à la fin d’année dernière et on a prorogé parce que les responsables nous ont demandé un peu plus de temps. Ce temps de prorogation est épuisé ». La descente du 30 janvier dernier à Bonamoussadi fait partie d’une série d’opérations de libération des chaussées et trottoirs qu’on observe depuis quelques jours à Douala, dans le cadre de la lutte contre le désordre urbain.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rita DIBA