Cameroun : Les temps forts de 2015

La région de l’Extrême-Nord a, en effet, été durant les douze derniers mois, la cible des attaques-suicide de Boko Haram. | DR
La région de l’Extrême-Nord a, en effet, été durant les douze derniers mois, la cible des attaques-suicide de Boko Haram. | DR

Le Cameroun debout. En dépit de la persistance de l’insécurité et d’une conjoncture économique internationale difficile, marquée notamment par la chute des cours du pétrole, le Cameroun a continué sa marche en avant, avec des résultats probants dans de nombreux domaines.

Plus que quelques heures et 2015 rentrera dans l’histoire. Au Cameroun, on retiendra de cette année qu’elle a été difficile au plan sécuritaire. La région de l’Extrême-Nord a, en effet, été durant les douze derniers mois, la cible des attaques-suicide de Boko Haram. Le groupe terroriste tentait par ces actes barbares d’installer la psychose sur l’ensemble du territoire national. Dans la région de l’Est, des bandes armées venues de Centrafrique ont également posé de nombreux actes criminels. Grâce à une synergie entre les forces de défense, le chef des armées et les populations, ainsi qu’au soutien des pays amis, le Cameroun a pu, à chaque fois, riposter énergiquement aux attaques des ennemis de la Nation et les affaiblir. Ce qui lui a permis, sous la conduite du président Paul Biya, de poursuivre sa marche en avant, avec de nombreux résultats probants.

La guerre contre Boko Haram qui a démarré en 2014 sous une forme classique s’est poursuivie sur le même registre au début de l’année en cours. Très rapidement, on a pu constater que grâce aux mesures sécuritaires prises par le chef de l’Etat, Paul Biya, quelques mois auparavant, au professionnalisme avéré de nos forces de défense et au soutien massif et multiforme des populations, la secte Boko Haram a commencé à afficher des signes évidents d’essoufflement. Au point que lorsque la Force multinationale mixte et le reste de la communauté internationale sont venus en renfort, répondant à l’appel du président de la République pour une réponse globale à une menace globale, la nébuleuse terroriste a été poussée dans ses derniers retranchements. Ne pouvant plus tenir dans le cadre de la guerre classique, elle a opté pour des attaques-suicide avec pour principales cibles les populations civiles.

Malgré cette adversité, le Cameroun est resté debout et a poursuivi sa marche en avant. C’est ainsi qu’au plan politique, le président de la République a donné un souffle nouveau à l’activité gouvernementale, en procédant le 2 octobre dernier à un réaménagement de l’équipe conduite par le Premier ministre Philemon Yang. Un acte qui a mis un terme à une attente forte des Camerounais qui piaffaient d’impatience depuis de longs mois déjà, dans l’attente d’une nouvelle équipe ministérielle. Douze personnalités y ont fait leur entrée, onze ont quitté le bateau, le nombre de femmes est passé de 9 à 10. Ce réaménagement du gouvernement s’inscrit dans la continuité, puisque le chef de l’Etat n’a pas changé de cap. Il a plutôt opté pour l’amplification et l’accélération du rythme des projets et des réformes, l’objectif étant toujours de mettre définitivement le Cameroun sur les rails de l’émergence.

Au plan diplomatique, Paul Biya est apparu une fois de plus comme un leader respecté et apprécié par ses pairs. Un sage dont on n’hésite pas à solliciter l’éclairage. En 2015, Paul Biya a reçu notamment à Yaoundé le président de la République française, François Hollande en visite d’Etat, Muhammadu Buhari, chef de l’Etat nigérian, en visite d’amitié et de travail ; ses homologues Obiang Nguema Mbasogo de Guinée équatoriale, Denis Sassou Nguesso du Congo, Idriss Deby Itno du Tchad, Ali Bongo Ondimba du Gabon et Catherine Samba-Panza de Centrafrique, à l’occasion du sommet extraordinaire du Conseil de paix et de sécurité d’Afrique centrale consacré à la lutte contre Boko Haram. Le chef de la diplomatie camerounaise a également fait entendre la voix du Cameroun sur la scène internationale à l’occasion de la 38e conférence générale de l’Unesco tenue à Paris et lors de la 21e conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) tenue dans la même ville.

En dépit de l’augmentation des dépenses sécuritaires pour faire face aux problèmes auxquels le pays demeure confronté et de la difficile conjoncture économique due notamment à la baisse des cours du pétrole, l’économie camerounaise s’est bien comportée en 2015. La croissance est restée soutenue avec un rythme de 5,9% contre 5,7% en 2014 et une projection de 6% en 2016. Selon le Fonds monétaire international, la croissance a bénéficié de la politique de diversification et des réformes engagées dans le secteur agricole, la construction et l’énergie. En dépit de ces résultats globalement satisfaisants, d’importants efforts restent à faire en vue de l’amélioration du quotidien des Camerounais.

La construction des infrastructures a également connu une avancée au cours des 12 derniers mois. On retiendra, à cet effet, la mise en eau partielle du barrage de retenue de Lom Pangar et l’accélération des chantiers des barrages de Memve’ele et Mekin ; l’achèvement de la première phase de construction du Complexe industrialo-portuaire de Kribi ; l’amélioration de l’offre de santé avec l’inauguration de l’Hôpital de référence de Sangmelima, du Centre des urgences de Yaoundé de l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala.

Le secteur de la communication n’était pas en reste avec le basculement du Cameroun de l’analogique au numérique, et l’intensification des efforts d’assainissement en vue de faire respecter la déontologie par tous. Dans le domaine du sport, la normalisation a été conduite à son terme à la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT). Ce qui a permis à cette association sportive de se doter d’une nouvelle équipe dirigeante qui s’est immédiatement mise au travail pour préparer, en collaboration avec le ministère des Sports et de l’Education physique, les Coupes d’Afrique des Nations féminine de 2016 et masculine de 2019 que le Cameroun va abriter.

Dans les pages qui suivent vous découvrirez le regard de la Rédaction sur l’année 2015 dans les rubriques Politique, Diplomatie, Economie, Société, Culture, Médias, Sports et Etranger. Avec pour chaque volet le fait, la satisfaction, le regret, le chiffre, l’analyse d’un expert trié sur le volet et les repères chronologiques. A lire particulièrement, les coups de cœur de CT, ainsi qu’une revue des compatriotes qui ont hissé haut le drapeau du Cameroun sur la scène internationale. Nous n’avons pas oublié les morts de l’année, les images marquantes des 12 derniers mois et ce que les astres prévoient pour vous en 2016.

Source : © Cameroon Tribune

Par BADJANG ba NKEN