Cameroun – Les morts de l’opération épervier : André Booto à Ngon , mort après 10 jours de coma – 12/05/2014

Agé de 76 ans, l’ancien Pca du crédit foncier a été condamné à 40 ans pour détournement de fonds.

André Booto  à Ngon, ancien Pca du crédit foncier camerounais - Photo d'archive.
André Booto à Ngon, ancien Pca du crédit foncier camerounais – Photo d’archive.

Le 12 juillet 2009, André Booto  à Ngon est condamné à 40 ans de prison ferme par le Tribunal de grande instance du Mfoundi, dans le cadre des affaires de détournements de 6,25 milliards de F.CFA au crédit foncier du Cameroun(Cfc) à l’époque où il était président du conseil d’administration (1999-2005).

Le condamné est alors âgé de 76 ans. Ses proches confieront plus tard que le vieux avait dit qu’il ne vivrait pas 5 ans de plus. Emprisonné le 18 juillet 2008, André Booto  à Ngon décède le 12 février 2009 à l’hôpital général de Yaoundé. Il n’aura passé que 102 jours à la prison centrale de Kondengui. Les autres 108 jours, il était soigné à l’extérieur.

D’abord au cabinet médical du Dr Hell, puis à à l’hôpital général de Yaoundé où son état de santé s’est dégradé jusqu’à  sa mort.  André Booto  à Ngon a attendu en vain une évacuation sanitaire hors du Cameroun. Il a fait près de 10 jours dans le coma.

Ses ennuis commencent en 2006 alors qu’il est député Rdpc dans le Mbam et Inoubou. Reuni le 4 et 5 octobre, le bureau de l’Assemblée nationale décide, à l’unanimité, de lever son immunité parlementaire, ainsi que celle d’Edouard Etondè Ekoto. C’est la réponse à la demande du gouvernement qui souhaite que les deux élus soient entendus dans le cadre des enquêtes judiciaires les concernant.

André Booto  à Ngon est finalement poursuivi, avec 30 autres accusés pour le détournement des fonds publics dans la conduite des programmes immobiliers Nsole, Olembe 1 et Olembe 2. Tl comparaît libre. Des 21 personnes condamnées au terme du procès, l’ex-Pca du Crédit foncier et le Dg, Joseph Edou, écopent chacun de la plus lourde peine : « 40 ans de prison ferme », annonce le président du tribunal, Mme Meka.

Le procureur de la République avait rquis 50 ans. 40 ans au service de l’état Booto  à Ngon est le seul « coupable » qui nese voit guère infligé une amende. Aucune saisie de biens n’est prononcée contre lui. Le haut commis de l’Etat rappelle souvent qu’il n’a que vieille maison à Bafia, ses champs  et sa vieille Toyota Tercel.

Au cours d’une audience, l’accusé déclare qu’il n’a jamais  volé en 40 ans  de service. Il quitte la salle en larmes et jure qu’il n’y reviendra plus jamais. Son avocat, Me Claude Richard Assamba, le convainc du contraire. Pourtant la santé fragile du vieux l’éloigne de plus en plus du palais de justice où il doit comparaître debout.

Un jour, il a lancé au procureur de la République : « Je vous souhaite d’avoir mon âge. ». Malade, Booto  à Ngon reste chez lui à Bafia le jour de sa condamnation. Le  surlendemain, le vieil homme  se rend au parquet à Yaoundé pour être arrêté. Mais il est renvoyé. C’est finalement le 18 juillet qu’il est pris à Bafia par des gendarmes devant les siens.

Une humiliation de plus pour celui qui a été pendant 15 ans directeur général des impôts, puis ministre des finances, ministre de la Fonction publique. Il a passé 21 années à la tête du conseil d’administration de la Société de raffinage. Pourtant, au soir de sa vie, Booto  à Ngon n’a pas fait appel à sa condamnation, faute de moyens financiers.

Source : © Le Jour

Par Assongmo Necdem

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz