Cameroun : les grandes lignes de l’emprunt obligataire de 150 milliards de FCFA – 27/11/2014

Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances du Cameroun. Photo par Agence Ecofin
Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances du Cameroun. Photo par Agence Ecofin

Les fonds recherchés par l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé par l’Etat du Cameroun d’une valeur de 150 milliards de francs CFA seront prioritairement destinés à la construction des infrastructures, en l’occurrence, le bitumage du « réseau routier structurant » qui correspond à la réalisation en cours des grands chantiers de développement.

Cette opération enregistrée par la Commission des marchés financiers du Cameroun (CMF) a pour principale arrangeur la Société commerciale de banque du Cameroun (SCB), la filiale du groupe marocain Attijariwafa Bank qui sera accompagnée par une dizaine d’établissements placeurs, essentiellement constitués de banques opérant au Cameroun.

La période de souscription du troisième emprunt obligataire de l’Etat du Cameroun depuis 2010 dénommé « ECMR 5,5 pour cent net 2014-2019 » ira du 24 novembre au 23 décembre 2014.

Outre les localités du pays qui accueillent de gigantesques programmes de développement, le «réseau routier structurant», précise la note, prévoit particulièrement un développement des infrastructures routières entre le Cameroun et le Nigéria, d’une part, et la construction des routes entre les pays-membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), d’autre part.

C’est le cas par exemple du bitumage de la route entre les villes de Sangmélima au Cameroun et Ouesso, au Congo longue de 215 Km, qui va permettre de booster les échanges entre les deux pays.

Egalement au programme, la construction d’un pont sur le fleuve Logone, au Cameroun, afin de relier la ville camerounaise de Yagoua, dans la région de l’Extrême-Nord, à la ville tchadienne de Bongor.

Quant au Cameroun et au Nigeria, les deux pays seront bientôt reliés, à région du Nord-ouest du Cameroun par la route Bamenda-Enugu, longue de 443 km.

Au total, ce sont une vingtaine de projets par cet emprunt obligataire dont le leitmotiv selon le gouvernement camerounais est « investissons pour soutenir la croissance ».

Après l’emprunt obligataire de 200 milliards de francs CFA en 2010 et de 50 milliards de francs CFA en 2013, l’emprunt en cours de 150 milliards de francs CFA est le troisième émis par le Cameroun.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun : les grandes lignes de l’emprunt obligataire de 150 milliards de FCFA – 27/11/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nya Blaise

il faut bien garde

wpDiscuz