Cameroun: les cas de milliers de prisonniers réexaminés

Au Cameroun, des milliers de prisonniers attendent toujours une possible libération. Ils pourraient être remis en liberté au même titre que Titus Edzoa et Michel Thierry Atangana à la faveur des mesures de remises de peine décidées par le président Paul Biya. Ces décrets présidentiels, signés le 18 février, concernent différentes catégories de prisonniers. On attend donc toujours leur application et, en attendant, ils n’en finissent plus de faire débat au Cameroun.

D’autres prisonniers pourraient bénéficier des mesures de grâce, décrétées par le président Paul Biya, le 18 février dernier. Une information dévoilée par Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, devant la presse.

Mais depuis les relaxes effectives de Titus Edzoa et Michel Thierry Atangana il y a quelques jours, les portes des prisons camerounaises se sont refermées. Le gouvernement se veut rassurant : le processus qui devra aboutir à la libération des autres prisonniers est déjà enclenché.

Entre-temps, les spéculations vont bon train sur le profil des personnalités condamnées dans le cadre de procès pour détournement de fonds publics et qui pourraient bientôt recouvrer la liberté. Les prisons camerounaises en comptent près d’une quarantaine, d’anciens directeurs généraux, d’anciens ministres et même un ancien Premier ministre.

Dans l’opinion, ces libérations en cascade qui relèvent de l’inédit, tant par le nombre que par le profil des bénéficiaires, sont diversement appréciées. Elles nourrissent la polémique sur les plateaux des radios et télévisions locales.

source : RFI

Vous aimez ? Partagez !