Cameroun : Les assurances de Beti Assomo au sujet de la circulation d’engins lourds – 27/10/2014

Joseph Beti Assomo, président du comité régional de lutte contre les épidémies et les catastrophes.
Joseph Beti Assomo, gouverneur de la région du Littoral.

 

Objet d’une réunion vendredi entre le gouverneur du Littoral et le secteur des transports, entre autres.

« Tout sera mis en œuvre pour que le chantier de construction du 2e pont sur le Wouri ne connaisse pas d’entrave. Il y a des délais contractuels à respecter ». Assurance du gouverneur de la région du Littoral, Joseph Beti Assomo, à Didier Lepage, chef du projet. En effet, ce dernier, face aux mesures de la lettre circulaire N°037/LC/MINT/CAB du 16 octobre 2014 du ministre des Transports, portant encadrement de la circulation des véhicules dans les centres urbains, exprimait ses inquiétudes sur le potentiel retard de la livraison du matériel pour ce projet structurant, qui devrait connaitre sa vitesse de croisière en début d’année 2015.

Inquiétudes désormais injustifiées. S’appuyant ainsi sur le communiqué du Mint du 23 octobre dernier qui autorise à nouveau la circulation de certains camions à toute heure de la journée – en respectant la vitesse prescrite à 40km/h –, le gouverneur a assuré que l’approvisionnement pour le chantier du 2e pont et celui des travaux d’aménagement de la pénétrante Est de la ville de Douala ne sera pas troublé. Précisions faites au cours de la réunion tenue dans ses services ce 24 octobre, à laquelle prenaient par les préfets des 4 départements du Littoral, diverses administrations et acteurs du transport.

La capitale économique abritant le principal port d’Afrique centrale, les camions des corridors Douala-Bangui et Douala-N’Djamena ne sont pas concernés par la circulaire du 16, « au regard des engagements que le Cameroun a dans la sous-région dont nous sommes la locomotive », a expliqué Joseph Beti Assomo. Cependant, il avertit : « Les transporteurs doivent rester dans le corridor. Si l’on vous retrouve à Bonabéri, vous devrez répondre ». Egalement “libres” de leurs mouvements, les camions de transport de carburant, de sable, de gravier et ceux chargés des livraisons de diverses marchandises.

Et revenant sur les restrictions du Mint, avec tous les réaménagements, le gouverneur a rappelé aux participants à la réunion, au cours de laquelle l’état physique des véhicules a longuement été évoqué, que « ces mesures n’ont pas pour objectif d’entraver l’action économique, mais de protéger des vies humaines ».

Source : Cameroon Tribune

Par Rita DIBA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz