Cameroun : Le top départ de la Rentrée scolaire – 08/09/2014

Elèves et enseignants doivent s’approprier le thème de l’année qui appelle au développement humain et à la qualité de l’enseignement.

Louis Bapès Bapès. Ministre des Enseignements secondaires.
Louis Bapès Bapès. Ministre des Enseignements secondaires.

Lundi, c’est donc le jour J : pour les élèves d’abord. Après un trimestre de repos, les choses… studieuses recommencent. Mais l’ambiance dans les cours de récréation aujourd’hui sera, on le présume, celle des retrouvailles. D’accord, les tout-petits pleureront et s’accrocheront à la robe de leurs mamans. Mais la majorité aborde l’année dans la joie d’avancer d’un cran. Quelques infortunés reprendront leurs classes avec plus de détermination, sans doute. Des histoires de vacances se raconteront avec nostalgie en attendant de prendre l’emploi du temps en journée, selon des confidences faites, la semaine dernière, par certains chefs d’établissement.

Avec leurs staffs respectifs, ce sera aussi pour eux, le jour-J. Jour de (re) communion avec les élèves, de reprise de la craie, du début d’une année qui succède à une autre et ne lui ressemble pas toujours. Les parents ne se sentent pas en dehors de cette rentrée scolaire. Ce jour-J est généralement pour eux, le moment où la pression atteint son pic avec des sollicitations diverses : les fournitures scolaires à compléter, le goûter, l’argent de poche, l’argent de taxi.

L’argent de taxi ? ! Il faudrait en donner un peu plus que l’année dernière pour des raisons évidentes.

Les rentrées scolaires ne sont vraiment pas les mêmes. Cette année, Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires s’adresse à sa communauté éducative : les inspecteurs et conseillers pédagogiques, les chefs d’établissement, les enseignants et les élèves. Il leur demande de placer l’année sur le thème : « L’école au service du développement humain à travers un enseignement de qualité ». Le ministre invite à la pertinence des activités pédagogiques qui prennent en compte la santé, la culture, l’égalité du genre,  l’application de la gestion axée sur les résultats. Il instruit la couverture qualitative et quantitative des programmes « sans abuser des cours de rattrapage qui donnent la fâcheuse impression d’un déficit de planification et de maîtrise pédagogique », souligne le ministre. Ce qui vaut là-bas devrait aussi être une préoccupation dans l’Education de base coiffée par Youssouf Hadjidja Alim. Dans une interview à CT, elle confiait que des réunions ont eu lieu et des mesures administratives et financières prises pour garantir une bonne année.

La particularité de cette rentrée scolaire, c’est aussi la prévention de la fièvre Ebola dans la population scolaire. Hier, un parent donnait des instructions fermes à ses enfants : « Evitez de manger du gibier acheté sur le chemin ou à l’enceinte de l’établissement. Restez prudents », ainsi parlait Yvonne Nguélé à ses enfants. Sa voisine s’arrachait les cheveux presque : son fils de 12 ans, qui passe en 5e, n’a pas laissé bien sécher sa tenue recyclée de l’année dernière. La moisissure l’a abîmée. Mme Nyeck, qui comptait ouvrir plus tard le chapitre d’achat de nouvelles tenues, n’a pas eu de choix. La rentrée scolaire ? Elle est bien là !

Source : Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz