Cameroun : Le scandale à la FIFA et la gestion des droits d’auteur à la Une de la presse – 28/05/2015

Sepp Blatter, président de la FIFA | Archives
Sepp Blatter, président de la FIFA | Archives

Le scandale de corruption autour de l’attribution par la Fédération internationale de football association (FIFA) des Coupes du monde 2018 et 2022, mais aussi la crise gouvernementale sur la gestion de l’art musical, ont retenu l’attention des journaux camerounais parus jeudi.

«Le scandale à la FIFA va-t-il toucher le Cameroun ?» ; «Fifagate : Issa Hayatou va-t-il échapper ?» ; «Issa Hayatou aurait échappé à une arrestation» ; «Des dignitaires de la FIFA aux arrêts», titrent respectivement Le Jour, Mutations, La Nouvelle Expression et Le Messager.

La première publication citée indique que la fédération nationale de la discipline (FECAFOOT) est «dans le viseur de l’enquête sur l’attribution du Mondial 2022 au Qatar».

Pour son soutien le pays, apprend-on, aurait ainsi bénéficié en décembre 2009 d’une subvention qatarie d’un montant de 400.000 dollars pour le compte du projet Goal 3, viré par Bin Hammam pour la construction d’infrastructures qui n’ont jamais vu le jour.

Le Camerounais Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football (CAF), pourrait lui aussi être impliqué dans ces scandales, analyse Mutations.

Actuellement en séjour à Zurich pour le 65ème congrès de la FIFA, ce dirigeant sportif «a été approché par la police suisse au moment où celle-ci procédait à l’arrestation de quelques membres de la FIFA.

Quelques jours auparavant, précise la publication, une télévision allemande citait le Camerounais «parmi les personnalités impliquées dans le scandale de corruption attribuant l’organisation du Mondial 2022 au Qatar».

Le président de la CAF aurait «échappé in extremis au coup de filet de la police suisse», à qui il a expliqué qu’il ne se sentait pas concerné par toute cette histoire, souffle La Nouvelle Expression.

Au-delà de Issa Hayatou et des Coupes du monde controversées, constate Le Messager, «c’est surtout à l’organisation même de la FIFA (marketing, appels d’offres, etc.) ainsi qu’aux soupçons de corruption qui pèsent sur elle depuis des années, que s’attaquent aujourd’hui les juges américains».

Au total, confirme le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, le département américain de la Justice a inculpé 9 élus de la FIFA ainsi que 5 fonctionnaires de l’instance mondiale de football.

Le Messager, au sujet du droit d’auteur, affirme que la spoliation des droits des artistes se poursuit malgré le blocage du compte de dépôt spécial à eux dédié, 417 millions FCFA ayant été détournés dudit compte en 51 jours.

Pendant ce temps, le bihebdomadaire La Météo révèle que 7 procédures viennent d’être engagées contre le Premier ministre Philemon Yang devant la chambre administrative de la Cour suprême alors qu’un collectif de 1400 artistes, producteurs et éditeurs a introduit des procédures contre lui au pénal.

En cause, la décision du chef du gouvernement de suspendre l’agrément récemment octroyé à la Société camerounaise civile de musique (SOCACIM) par la ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna.

Selon ce journal, le Premier ministre est assigné en justice pour «violation de la loi relative au droit d’auteur, trafic d’influence, abus d’autorité, abus de pouvoir, trafic d’influence en bande organisée».

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz