Cameroun – Le Guichet Unique des opérations du commerce extérieur : Un raccourci rentable pour les hommes d’affaires

Le Guce, un raccourci rentable pour les hommes d’affaires | DR
Le Guce, un raccourci rentable pour les hommes d’affaires | DR

Instauré en 1999, le Guichet Unique des opérations du commerce extérieur, est une exigence de l’organisation mondiale des douanes, et de l’OMC. Il a pour but d’accélérer les procédures et de limiter le nombre d’entraves, dans les opérations d’imports et d’exports.

C’est véritablement ce que l’on pourrait appeler un concentré de gains une véritable révolution pour les hommes d’affaires. Cela ne fait donc plus l’ombre d’aucun doute, ici on gagne en temps mais surtout en argent. Grace au Guichet Unique des opérations du commerce extérieur (Guce), tout camerounais désireux  d’exporter ou d’importer, une fois qu’il se retrouve au Guce, il a tous les services réunis en un seul lieu. Il peut remplir toutes les formalités requises, par une opération du commerce extérieur. Or il y a 16 ans, dédouaner ou exporter de la marchandise, pour les hommes d’affaires relavait d’un véritable parcours du combattant. Avant la venue du guichet unique donc, tous les services impliqués dans les opérations d’import-export était dispersés à travers la ville de Douala.

« Avant les camerounais souffraient énormément; donc les opérations prenaient beaucoup de temps. Remplir toutes les formalités prenaient entre  2 à 3 semaines, or aujourd’hui comme on a regroupé tous ces services dans un seul et même bâtiment, en une journée vous avez carrément toutes les formalités», affirme Dr jean marie Biada consultant des questions économiques. En matière d’exportation de nos matières premières, avant l’instauration du guichet unique, les délais d’exportations de nos matières premières allaient chercher dans les 10 voire 14 jours. Mais avec le Guce, ces délais sont passés de 14 jours à 3 jours voire 1 jour.

Dans le cadre des importations également, si vous avez un bon armateur qui va vite avec votre marchandise, une fois que c’est rentré en quai ce n’est pas en ce moment que vous cherchez de l’argent pour aller dédouaner car le Besc (Bordereaux Électronique du Suivi des Cargaisons) vous permettra de suivre au fil de l’eau l’emplacement de votre marchandise tout au long de son acheminement du port d’embarquement, au port de transit jusqu’au port de destination; ça évite donc la perte des cargaisons ou des marchandises.

Avec la place portuaire de douala qui reçoit 90% des flux commerciaux de la sous-région, le Cameroun gagne également en terme d’accélération des formalités d’imports, par exemple le délai de transit, de trafic et les coups sont réduis; donc moins d’engorgement, moins de surtaxes.

En sus, le Cameroun quand il a un guichet unique il se conforme aux exigences de l’organisation mondiale des douanes. Cela permet dans la foulée d’accélérer le délai de passage des marchandises. Si le délai de passage des marchandises est accéléré, le taux de rotation des importations est logiquement élevé; on vend davantage de marchandises, et l’État prélève davantage de taxes, les emplois sont davantage créés, les chefs d’entreprises gagnent un peu plus d’argent, ce qui leur donne des perspectives d’investissements supplémentaires, tout en créant de la valeur ajoutée. Et la valeur ajoutée, c’est la croissance. D’où la nécessité pour le Cameroun de se conformer à la norme surtout au moment où notre pays aspire à l’émergence.

© CAMERPOST par Elthon djeutcha (Stagiaire)