Cameroun : Le groupe bancaire français BPCE envisage plusieurs acquisitions en Afrique – 17/09/2014

Le groupe bancaire français BPCE (Banque Populaire Caisse d’Epargne) envisage de développer sa présence en Afrique en réalisant «plusieurs acquisitions» sur le continent rapporte le quotidien économique français Les Echos, citant un dirigeant de la banque.

Philippe Garsuault, directeur général de BPCE International et Outre-Mer (IOM) de BCPE aux Echos à l’issue d’une tournée du président du directoire du groupe, François Pérol, en Afrique.
Philippe Garsuault, directeur général de BPCE International et Outre-Mer (IOM) de BCPE aux Echos à l’issue d’une tournée du président du directoire du groupe, François Pérol, en Afrique.

«Nous voulons réaliser plusieurs acquisitions en Afrique centrale ou en Afrique de l’Ouest », a déclaré Philippe Garsuault, directeur général de BPCE International et Outre-Mer (IOM) de BCPE aux Echos à l’issue d’une tournée du président du directoire du groupe, François Pérol, en Afrique.

  1. Pérol s’est rendu au début du mois de septembre au Cameroun, où le groupe détient déjà une filiale, la Bicec, au Congo-Brazaville, où il est propriétaire de la BCI, puis en Côte d’Ivoire, où il a été reçu le 5 septembre par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara. « Nos échanges ont porté sur nos projets de développement dans la région, à commencer par la Côte d’Ivoire », a souligné le patron de BPCE.

« La Côte d’Ivoire est un grand pays, qui pèse un tiers du PIB de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest. C’est une locomotive », a estimé pour sa part Philippe Garsuault.

Cet axe de développement sur le continent africain avait été affirmé lors de la présentation du plan stratégique du groupe BCPE à l’automne dernier. François Pérol s’était alors dit prêt à «saisir des opportunités» en banque de détail en Afrique subsaharienne.

Dans les établissements commerciaux de BPCE en Afrique, le taux de croissance moyen de l’activité atteint 7 % par an. Le faible taux de bancarisation de la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, de l’ordre de 12 % à 14 %, laisse de belles marges de progression, alors que les observateurs s’attendent à ce que la croissance progresse en Afrique dans les prochaines décennies.

Source : Agence Ecofin

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz